Mag Cinéma – Hors Champ – du 20 au 26 Décembre

Résumé :

    • The Hobbit : Un voyage inattendu sur les traces du Seigneur des Anneaux.
    • End Of Watch : Un must pour les fans de polar !
    • Maudit Soit Le Phosphate : Peut être le meilleur documentaire tunisien
    • European Film Awards : Amour sacré meilleur film de l’année
    • Psychose : Le classique d’Hitchcock transposé sur petit écran
    • The Amazing Spiderman 2 : Le nom du remplaçant de James Franco
    • Vidéo : Toute l’année cinématographique 2012 en musique !


[toggle title= »Cette semaine dans le 7ème art » state= »close » ]

Les Plus Attendus : The Hobbit : Un voyage inattendu sur les traces du Seigneur des Anneaux.


[dropcap]V[/dropcap]ous avez adoré la saga épique de Peter Jackson ? Vous rêvez de vous replonger dans la terre du milieu ? Et bien vous allez être gâtés !
Trois nouveaux volets sont prévus pour ce prequel du Seigneur des Anneaux, et adaptation du best seller de Tolkien The Hobbit.

Le premier d’entre eux, Un Voyage inattendu, débarque en cette fin d’année sur les écrans américains et français, 9 ans après la sortie du multi-oscarisé Retour du Roi (Seul film a avoir remporté 12 Oscars avec Ben-Hur et Titanic).
L’occasion pour nous de revoir Gandalf (Ian McKellen), Galadriel (Cate Blanchett), Gollum (Andy Serkis), Elrond (Hugo Weaving), Frodon (Elijah Wood), Bilbo dans sa version âgée (Ian Holm) et Saroumane (Christopher Lee avant qu’il ne passe du mauvais côté).
Mais aussi l’occasion de faire la connaissance avec les fraichement débarqués Martin Freeman dans la peau du jeune Bilbo et les 13 nouveaux nains aussi loufoques les uns que les autres qui feront ce voyage sêmé d’embuches avec lui.

Même si les enjeux dramatiques sont mineurs par rapport à la dimension épique du Seigneur des Anneaux, The Hobbit n’en demeure pas moins plaisant.
Peter Jackson a fait le choix de transformer un conte pour enfant qui ne contient pas une quantité massive de pages en grande fresque cinématographique dans la lignée de sa précédente trilogie. Du coup, une aventure somme toute assez courte doit être traitée à travers trois longs films. Pour combler les trous, il choisit notamment d’introduire les évènements du Seigneur des Anneaux et de renforcer les liens entre les deux aventures.
Le conte devient alors une quête initiatique, dans laquelle un Hobbit complètement ignorant du monde, et d’une certaine manière sans valeurs, va aller de découvertes en découvertes en apprenant notamment beaucoup sur lui même. Malin mais peu courageux et sans intérêts, il va devenir, grâce à l’aide de ses compagnons, un aventurier au sens le plus noble du terme. Il va braver les dangers, se mettre au service des autres, et apprendre à faire des choix difficiles qui auront d’importantes conséquences.

Filmé en 48 images par secondes, le film est aussi une révolution technologique. Mais cette technologie n’est pas du goût de tout le monde car le rendu peut s’avérer déroutant et inhabituel pour certains, allant jusqu’à leur procurer une sensation de kitsch. L’avenir nous dira si cette innovation perdurera et rentrera dans les habitudes ou sera définitivement mise au placard.
La direction artistique est quant à elle comme à son habitude incroyable et a nécessité un travail colossal : On retrouve une variété impressionnante de lieux, de personnages et d’objets qui excède toute celle de la précédente trilogie.

[divider]

Bande Annonce :End Of Watch : Un must pour les fans de polar !


[dropcap]F[/dropcap]ilmé de la même manière que Project X et Chronicle (technique du found-footage), End Of Watch de David Ayer (scénariste de Training Day et réalisateur de Bad Times) est une véritable incursion dans la réalité d’un duo de flics à Los Angeles.

Le quotidien de ces deux officiers envoyés dans les bas-fonds de la mégapole, vu à travers les images d’une caméra de poche, se décline en séquences tantôt drôles où les deux compères se chamaillent sans cesse et plaisantent lors de leur rondes en voiture, et en séquences tantôt étouffantes où l’on a droit à des scènes de plus en plus violentes dans un climax stressant.

D’abord complices, Jake Gyllenhaal (Source Code/Prince of Persia/Jarhead/Brokeback Mountain) et Michael Pena (La Défense Lincoln/Babel/World Trade Center/Collision), forment un duo détonnant qui vous comblera en matière de dialogues vifs et d’humour authentique.
Le film a été tourné sous haute surveillance dans un coin chaud de la ville, puis monté de manière très hachée communiquant ainsi la tension constante de ses hommes en danger.

[divider]

National :Maudit Soit Le Phosphate : Peut être le meilleur documentaire tunisien.


[dropcap]C[/dropcap]e documentaire de Sami Tlili qu’on a pu contempler sur les écrans tunisiens le mois dernier, propose de revenir sur les circonstances de la ‘révolte de la dignité’, et ce qui a poussé les citoyens de la ville de Redeyef à la désobéissance civile en 2008.
Cette affaire qui a secoué le bassin minier de la région pendant près de 6 mois, a été sauvagement réprimé par l’ancien régime dictatorial de Ben Ali.
Cette œuvre ovationnée lors de sa présentation aux JCC (les spectateurs émus chantaient l’hymne tunisienne à la fin de la projection) a obtenu de très bonnes critiques, a été primé au dernier festival d’Abou Dhabi et a même fait l’objet d’un article dans le célèbre magazine américain The Hollywood Reporter.
Composé d’images d’archives, d’interviews, d’images tournées par les habitants, de poésie et de musique formant un tableau homogène et harmonieux, le film est une œuvre d’art avant tout. Pas un simple reportage donc, car l’écriture y est très soignée, bénéficiant de l’apport généreux des habitants de Redeyef qui ont tenu à donner vie à ce projet en participant à l’aventure.

Terre de justice et du droit à la vie. Redeyef est en fait le berceau de la révolution. L’histoire tragique de ces habitants a été un catalyseur et un précurseur important de la vindicte populaire qui a débouché sur la chute du régime présidentiel corrompu.
On y découvre une région peu connue qui abrite des paysages qui rappellent les Western des productions hollywoodiennes, mais aussi un endroit très spécial où l’on extrait 5% de la production mondiale du phosphate, une véritable poule aux œufs d’or… et pourtant, qui est loin de faire le bonheur des habitants du coin.
Région oubliée et meurtrie, leur souffrance, leur dignité et leur combat met du baume au cœur et impose le respect. Un film qui permet de se dire que tant qu’il y’aura de la résistance, il y’aura toujours de l’espoir.


[divider]

Festival : European Film Awards : Amour sacré meilleur film de l’année !

[dropcap]P[/dropcap]résenté aux JCC et sorti récemment dans les salles tunisiennes, la Palme d’or 2012 de la 64ème édition du Festival de Cannes, est la grande gagnante de ces Oscars européens.

Avec quatre récompenses, Michael Hanake (Funny Games/Le Ruban Blanc/La Pianiste) et son film Amour sont les grands gagnants de la soirée. Le film remporte le prix du meilleur long-métrage, du meilleur réalisateur ainsi que celui du meilleur acteur et de la meilleure actrice.
Shame avec Michael Fassbender remporte 2 prix (meilleure photographie et meilleur montage) et La Taupe en remporte également 2 (meilleure musique et meilleurs décors).

Amour narre l’histoire d’un charmant couple de vieux confrontés à la maladie, avec tout ce que ça implique comme descente aux enfers et comme souffrance pour le malade assisté, mais tout comme pour l’autre partenaire qui demeure spectateur devant cette déchéance, dans l’impuissance la plus totale.
L’ensemble est porté par une pudeur tellement incroyable que l’on y croit très fort.
Dans les yeux d’ Emmanuelle Riva et de Jean-Louis Trintignant, on voit nos grands parents, nos parents dans un futur proche, ou nous même dans quelques décennies.
Tout passe par les regards, les gestes d’attention. Ce huit clos profondément humain est sublimé par la présence d’un couple bouleversant de géants du cinéma qui nous délivrent une sacré leçon de vie.
L’amour face à la mort, l’amour face à l’éreintement, l’amour face au désespoir, l’amour face à la fin. Dernières notes fragiles de la longue et belle symphonie qu’est la vie à deux. Michael Haneke est ici un très juste chef d’orchestre.

Avec une intensité dramatique suffocante et épuisante mais dans le bon sens, Hanake aborde un sujet qu’on feint d’ignorer chaque jour, la fin de vie, porté par une foi dans l’homme et dans le libre arbitre mais aussi par une forme de mystère indécelable. C’est là toute sa beauté.


[divider]

Série : Psychose : Le classique d’Hitchcock transposé sur petit écran !


[dropcap]N[/dropcap]on vous ne rêvez pas ! Le chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock, le maitre du film noir, sera bel et bien adapté à la télévision. Sauf que la série Bates Motel ne reprendra pas la trame scénaristique du film, mais se focalisera sur la relation de Norman Bates avec sa mère. Elle explorera sa jeunesse avant qu’il connaisse son funeste et morbide destin. Il s’agira donc d’un prequel pour ce monument du 7ème art qu’est Psychose.
Côté casting, et c’est une véritable surprise, c’est le petit Freddie Highmore de Charlie et la chocolaterie, Neverland ou encore August Rush qui aura la lourde tâche d’incarner l’ambiguïté du jeune Norman Bates à l’écran. Sa mère, Norma, quant à elle, sera jouée par la comédienne Vera Farmiga, aperçue dans Up in the Air avec George Clooney, chez Scorsese dans The Departed ou encore dans le film de science-fiction Source Code.
Le casting comptera également sur la présence du jeune Max Thieriot (Chloe/Jumper) mais aussi du rescapé de Lost, Nestor Carbonell ( l’énigmatique Richard, vu aussi dans les deux derniers opus du Batman de Nolan en tant que maire de Gotham City).

D’ailleurs c’est le tordu scénariste de Lost, Carlton Cuse, avec le renfort de Kerry Ehrin de Friday Night Lights qui s’occupera de l’ambitieux projet à la fois au niveau de l’écriture, mais aussi à la production.
De quoi attiser encore plus notre excitation !

Et pour avoir un petit avant-goût sur l’ambiance de la série, voici le premier teaser dévoilé il y’a quelques semaines :

[divider]

Casting : The Amazing Spiderman 2 : Le nom du remplaçant de James Franco !


[dropcap]L[/dropcap]es jeunes acteurs se bousculent pour décrocher le rôle de Harry Osborn, le meilleur ami de Peter Parker dans la suite de The Amazing Spiderman réalisé encore une fois par Marc Webb (500 Days of Summer). Meilleur ami mais également futur ennemi car Osborn enfilera le costume du Bouffon Vert pour venger son père.

Plusieurs noms ont été avancés : Sam Claflin (Blanche Neige et Le Chasseur), Eddie Redmayne (My Week With Marilyn), Douglas Booth (LOL USA), Boyd Holbrook (Les âmes Vagabondes), Brady Corbet
(Melancholia), Alden Ehreinreich (Tetro))

Mais c’est finalement l’acteur Dane DeHaan qui

a été choisi pour succéder à James Franco et ainsi rejoindre

Andrew Garfield, Emma Stone, Shailene Woodley et Jamie Foxx au casting de ce second volet.
DeHaan a été remarqué cette année dans le film Chronicle en ado dont le côté obscur fait surface après avoir acquis des super-pouvoirs.
[divider]

Sur le Web : Vidéo : Toute l’année cinématographique 2012 en musique !


Pour tout ceux qui veulent rêver. Une superbe vidéo retraçant toute la richesse des films qui sont sortis cette année. Toute l’année cinématographique résumer en quelques minutes. Une vision qui vous fera passer par toutes les émotions possibles. A ne ratez sous aucun prétexte !
C’est dans ces moments là qu’on se dit (même si on ne s’en doutais pas une seule seconde) que rien n’égale la beauté du cinéma.

Et pour ceux qui en veulent encore plus :
Voici celle de l’année 2011 :

[divider][/toggle]


[tabs type= »horizontal »][tabs_head][tab_title]The King of Comedy[/tab_title][tab_title]Road to Perdition[/tab_title][tab_title]Children of Men[/tab_title][tab_title]Crazy Stupid Love[/tab_title][tab_title]Bowling For Colombine[/tab_title][/tabs_head][tab]


A partir de 10 ans
Réalisé par : Martin Scorsese (Taxi Driver/Hugo/Shutter Island/The Departed/Goodfellas)

Avec : Robert De Niro, Jerry Lewis, Diahnne Abott, Sandra Bernhard…

genre :Comédie dramatique

nationalité : américain

[toggle title= »Lire le Synopsis » state= »close » ]Un comique meconnu, pour se faire reconnaitre, enleve le presentateur d’un show télévisé et n’accepte de le libérer qu’à la condition de participer a son spectacle.[/toggle] [toggle title= »Découvrez la Bande Annonce » state= »close » ][/toggle]

La critique

Rarement l’attirance du cinéaste pour les personnages d’illuminés au mysticisme tordu, les chemins de croix et les déchaînements d’hystérie aura trouvé un objet d’incarnation aussi pertinent, une fenêtre aussi judicieusement placée d’où tirer un aperçu du monde

Critikat.com
prix/nominations : BAFTA du meilleur scénario.
[/tab][tab]

Réalisé par : (Skyfall/American Beauty/Revolutionary Road/Away We Go/Jarhead)

avec : Tom Hanks, Paul Newman, Jude Law, Stanley Tucci, Daniel Craig, Ciàran Hinds, Jennifer Jason Leigh…

Genre :Drame/Thriller

Nationalité : américain

[toggle title= »Lire le Synopsis » state= »close » ]En 1930, deux pères : Michael Sullivan, un tueur professionnel au service de la mafia irlandaise dans le Chicago de la Dépression, et Mr. John Rooney, son patron et mentor, qui l’a élevé comme son fils. Deux fils : Michael Sullivan junior et Connor Rooney, qui font chacun des efforts désespérés pour s’attirer l’estime et l’amour de leurs géniteurs.
La jalousie et l’esprit de compétition les plongent dans une spirale de violence aveugle dont les premières victimes sont la femme de Sullivan et son fils cadet Peter.
Un long voyage commence alors pour Michael Sullivan et son fils survivant. Au bout de cette route, la promesse d’une vengeance et l’espoir de conjurer l’enfer. Et peut-être l’aube d’un sentiment nouveau entre un père et son fils.
[/toggle] [toggle title= »Découvrez la Bande Annonce » state= »close » ][/toggle]

La critique :

Inédit à l’écran, le duo Tom Hanks-Paul Newman est extraordinaire. « Les Sentiers de la perdition » est un chef-d’oeuvre !

Le Parisien
prix/nominations: Oscar et BAFTA de la meilleure photographie et 5 autres nominations aux Oscars..
[/tab][tab]
Interdit aux moins de 12 ans
Réalisé par : Alfonson Cuaròn (Harry Potter and The Prizoner of Azkaban/Y tu mama Tambien/Paris, Je t’aime)

avec : Owen, Julianne Moore, Michael Caine, Danny Huston, Charlie Hunnam, Chiwetel Ejiofor…

Genre : Science Fiction/Drame/Thriller

Nationalité :américain et britannique

Prix/nominations : 4 Nominations aux Oscars (Meilleur Scénario, Meilleur Photographie et Meilleur Montage).

[toggle title= »Lire le Synopsis » state= »close » ]Dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l’annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi. Au même moment, une femme tombe enceinte – un fait qui ne s’est pas produit depuis une vingtaine d’années – et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre. Un homme est chargé de sa protection…
[/toggle] [toggle title= »Découvrez la Bande Annonce » state= »close » ][/toggle]

La critique :

Prenant le meilleur du film d’auteur et du blockbuster, Les Fils de l’homme s’impose dans une catégorie à part, largement au-dessus du lot, au point que le seul reproche qu’on puisse lui faire est d’être trop inspiré, trop novateur pour qu’une seule séance nous permette de l’apprécier.

Score
[/tab][tab]

Réalisé par : John Requa & Glenn Ficarra (I Love You Phillip Morris)

avec : Ryan Gosling, Emma Stone, Julianne Moore, Steve Carell, Marisa Tomeï, Kevin Bacon…

Genre :Comédie/Romance

Nationalité :américain

Prix/nominations : Nomination au Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie pour Ryan Gosling

[toggle title= »Lire le Synopsis » state= »close » ]A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule. Pire, dans le monde des célibataires d’aujourd’hui, Cal, qui n’a plus dragué depuis des lustres, se révèle un modèle d’anti séduction. Passant désormais ses soirées à bouder tout seul au bar du coin, l’infortuné Cal est pris en main comme complice et protégé d’un séduisant trentenaire, Jacob Palmer. Pour l’aider à oublier sa femme et à commencer une nouvelle vie, Jacob tente de faire découvrir à Cal les nombreuses perspectives qui s’offrent à lui : femmes en quête d’aventures, soirées arrosées entre copains et un chic supérieur à la moyenne.
Cal et Emily ne sont pas les seuls en quête d’amour: le fils de Cal, Robbie, 13 ans, est fou de sa babysitter de 17 ans, Jessica, laquelle a jeté son dévolu… sur Cal ! Et en dépit de la transformation de Cal et de ses nombreuses nouvelles conquêtes, la seule chose qu’il ne peut changer reste son coeur, qui semble toujours le ramener à son point de départ.

[/toggle] [toggle title= »Découvrez la Bande Annonce » state= »close » ][/toggle]

La critique :

Les réalisateurs explorent l’amour dans tous ses états sans clichés. Des dialogues qui font mouche, des comédiens remarquable (exquise Emma Stone !), un fond qui prend le pas sur la forme, bref, le film à voir pour la rentrée.

Elle
[/tab][tab]

Réalisé par : Michael Moore (Capitalism : A Love Story/Fahrenheit 9-11/Sicko)

avec : Michael Moore, Charlton Heston, Marilyn Manson…

Genre :Documentaire

Nationalité : américain et canadien

Prix/nominations : Oscar du meilleur documentaire

[toggle title= »Lire le Synopsis » state= »close » ]Michael Moore enquête sur la violence provoquée par les armes à feu aux Etats-Unis. Son point de départ est la tragédie du lycée Columbine dans le Colorado en 1999. Des dizaines de lycéens avaient alors été assassinés par deux de leurs camarades.
[/toggle] [toggle title= »Découvrez la Bande Annonce » state= »close » ][/toggle]

La critique :

Rarement un film aura été aussi dense et maîtrisé de bout en bout pour une dénonciation irréprochable. Dessin animé, images d’archives historiques, emprunts à ses propres séries télévisées viennent nourrir le parcours de Michael Moore en quête des raisons de tout cela.

L’Humanité
[/tab][/tabs]
[divider]

[box type= »shadow » ][one_half]Skyfall
De Sam Mendes

Cinéma Amilcar – Centre Alyssa El Manar I
Tous les jours à 17h30 et 20h30
Cinéma Alhambra – Zephyr La Marsa
Tous les jours à 16h, 18h et 21h (en Haute Définition)
[/one_half][one_half_last]C’était mieux demain
De Hinde Boujemaa

Cinéma Hannibal – Centre Alyssa El Manar I
Tous les jours à 15h30, 18h30 et 21 heures
[/one_half_last][/box]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *