Mourad Sakli, nommé Ministre de la Culture : Réaction à chaud des artistes tunisiens.

Mourad Sakli, nouveau Ministre de la Culture

[dropcap]E[/dropcap]ncore une fois, la soirée a été longue à l’assemblée Nationale Constituante. Une soirée qui s’est terminée par le vote de confiance en faveur du gouvernement de Mehdi Jomaâ. Non, ici nous ne parlerons pas de politique, mais nous nous intéresserons de plus près aux réactions des artistes, des collectifs, des organisateurs d’événements, des galeristes… suite à la nomination de Mourad Sakli à la tête du ministère de la Culture. Concepteur et fondateur de plusieurs festivals, expert auprès de l’ALECSO (Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences) et de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), conpositeur, directeur du Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes Ennajma Ezzahra en 2002, directeur du Festival International de Carthage en 2010 et 2013… L’homme est connu pour son implication dans le domaine artistique et plus précisément dans le monde de la musique. Nous avons demandé à plusieurs acteurs de la scène artistique tunisienne de nous formuler leurs réactions et leurs attentes en rapport avec cette nomination. Merci à tout ceux qui ont répondu présents (ainsi qu’à ceux qui n’ont pas pu répondre à temps).

[divider]

Nadia Khiari Alias Willis From Tunis by SLOWNNadia Khiari, Alias Willis From Tunis, Caricaturiste et membre fondateur de YAKAYAKA : « Le YAKA est un collectif compréhensif. Que peut-on attendre d’un ministre de la culture ? qu’il fasse son travail normalement, correctement, qu’il ne porte pas plainte contre les artistes (qu’il aime les omelettes). Nous ne sommes pas exigeants ni jusqu’au boutistes, comme bien d’autres que nous ne citerons pas afin de ne pas avoir de problèmes avec les artistes subventionnés. Non, on plaisante. Nous attendons qu’il chasse d’un revers de main, les mouches qui pourraient discriminer tel ou tel art au profit d’un autre, ou d’un autre style, ou au profit d’un soi-disant « beau » et qu’il mette l’Art, les arts à la portée du plus grand nombre… »

Mourad MathariMourad Mathari, Promoteur d’événements Culturels (Jazz à Carthage et Mûsîqât ): « Le temps est à l’enthousiasme alors soyons dans le mouv’ aussi… ! Ce qui est attendu d’un Ministre de la Culture issu d’un gouvernement dit de compétences, c’est de procéder en toute urgence à des changements structurels fondamentaux, qu’on attend depuis les années 80,  et d’essayer de trouver des solutions structurelles et réglementaires pour que la culture ne soit plus marginalisée et gérée de façon floue et non transparente[…]Mais aussi de libérer et détacher immédiatement tous les métiers de la Culture, désengager le Ministère de la Culture de l’organisation des manifestations, ne plus être juge et partie de l’action Culturelle, et jouer le rôle qu’on attend de lui, comme autorité de soutien et de régulation du secteur de la culture. Ce qui est certain, c’est qu’il est bien placé pour connaître les problèmes du secteur de la culture et les freins qui l’ont handicapé jusque là, étant lui même un homme de culture. Je souhaite qu’il réussisse sa mission et qu’il se démarque de tous ces prédécesseurs. » 

Mohamed Ben Soltane by Wassim GhozlaniMohamed Ben Soltane, Coordinateur Général du Bchira Art Center« Je suis heureux du choix porté sur Mr Sakli, c’est une personne qui me semble intègre, c’est un fin mélomane et bon directeur de festivals (je pense notamment à Musiqat); Je lui souhaite de tout cœur beaucoup de courage; je n’attends pas de lui des miracles, simplement, avec le peu de moyens dont-il dispose, de donner leur chance aux jeunes, de se faire conseiller par des compétences dans les différents domaines, de travailler en bonne intelligence avec les différents représentants des artistes. J’attends de lui de travailler à améliorer le cadre législatif qui est aujourd’hui un frein à la création. J’attends de lui d’œuvrer pour que le secteur des arts gagne en indépendance et ne soit plus assujetti aux forces politiques d’où qu’elles soient. »

Rochdi Belgasmi by Bedis HafianeRochdi BelgasmiDanseur-chorégraphe : « Je suis optimiste, voire même très content de la nomination de Mourad Sakli nouveau ministre de la culture, parce que je connais ce grand artiste et je sais qu’il est un vrai connaisseur de musique et il a son histoire avec la danse, donc j’attend de lui un vrai pas vers une structuration de métier de danseur en Tunisie, plus de subvention pour la danse et qu’il pense à mettre à la disposition de artistes chorégraphes des vrais espaces dédiés pour la danse. »

Mahmoud ChalbiMahmoud Chalbi, artiste plasticien et agitateur culturel : « Mourad Sakli est un ami et un artiste qui a fait toutes ses classes dans la place culturelle et à plusieurs niveaux de responsabilité. De part sa sensibilité et ses connaissances, il ne peut être que proche des préoccupations des artistes et bien à leur écoute…si toutefois il ne se laisse pas bouffer par l’impitoyable machine bureaucratique de ce ministère qui quand on y pense…on se demande à quoi il sert et si vraiment on en a besoin ! Bref…un préjugé tout à fait favorable au talentueux musicien et musicologue, bien que la durée du mandat transitoire ne soit pas favorable à un travail de fond et de réforme. »

Lotfi Ben Sassi by Yassine DouiraLotfi Ben Sassi, Journaliste et Caricaturiste : « Je souhaite que Mourad Essakli, musicien et créatif, nous fasse oublier le cirque d’Elebdellia d’il y a deux ans et autres gâchis culturels. J’espère qu’avec lui, la culture descendra dans la rue. Que les musiciens jouent dans la rue, que les danseurs dansent sur l’Avenue, que les bibliophiles lisent leurs bouquins dehors…Il est temps que la rue, longtemps laissée aux barbus et autres manifestations violentes, retrouve son statut de place culturelle naturelle. J’espère aussi qu’il achèvera le bâtiment de la cité culturelle de MohamedV, il sera le symbole nouveau du Tunisien cultivé et civilisé. »

Raja FarhatRaja Farhat,  Ecrivain, Acteur, Metteur en scène et Réalisateur : « Mourad Sakli est probablement le meilleur choix possible pour un gouvernement apolitique des compétences.Cet universitaire ,musicologue et musicien défenseur depuis toujours de la musique et de la culture tunisienne est réellement l’homme de la situation.Pragmatique et réaliste ,il sait qu’il n’a pas le temps necessaire aux grandes réformes qu’attend notre culture dans tous les domaines :Archeologie, lecture publiqye ,spectacle ou démocratie culturelle régionale.Malgré cet handicap,il pourra entamer ce plan national d’éducation artistique pour la jeunesse, améliorer l’équipement des grandes maisons de culture et réformer les caisses d’aide à la création!Mission difficile,qu’il choisisse le possible! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *