Spotlight sur Omar El Ouaer

Les spectacles jazz commencent à envahir beaucoup plus de coins culturels sur le grand Tunis comme l’Agora à titre d’exemple, dont les lieux ont été sublimés par des sonorités Jazz hier soir. L’évènement Vendredi Jazz : Memories of a clown (l’oeuvre d’Aymen Ben Attia) a été agrémenté par l’immense talent du jeune Omar El Ouaer. On admet qu’à travers ces petits spectacles aléatoires mais surtout bien enrichis, on découvre des talents et des artistes qui excellent dans le domaine musical, et qui avancent en crescendo jusqu’à atteindre une audience plus large.

Parmi ces talents, on a bien savouré le jeu subtil et délicat du jeune pianiste Omar El Ouaer. A vrai dire, le parcours artistique d’Omar est époustouflant. Commençant à jouer du piano à l’âge de de 11 ans en suivant le cursus de 7 ans de conservatoire avant d’obtenir le diplôme national de musique arabe, la carrière d’Omar El Ouaer a escaladé à plein badin. On le voie intégrer le Tunis Jazz Club au sein duquel il a donné plusieurs concerts. On le voie aussi jouer à côté de plusieurs artistes de renommés et  de nationalités différentes (Belges et Américains) durant des stages au pair. En allant plus loin, Omar a fait part de multiples projets  de grand calibre comme le ‘’JCT Big band’’ sous la direction des musiciens réputes venus de New York  du Vangard Jazz Orchestra.

10675718_338650986295073_3421104733037637332_n

 

Omar n’arrête pas de surprendre ! Et c’est pour cette raison qu’on ne s’est pas empêché de lui balancer des questions.  L’affinité d’Omar envers le Jazz se définit comme suit :

« le jazz m’a fait découvrir l’improvisation, le rythme, les codes du jeux collectif le partage d’émotions, le fait d’être sincère avec ce que tu joues comme notes… même si c’est difficile de partager cette musique dans notre pays malheureusement vu que c’est une nouvelle culture, un nouveau genre de musique, mais on s’accroche. Et je sais personnellement qu’on aura le dessus sur la médiocrité qui commence à prendre hélas  beaucoup d’ampleur dans notre pays. » – Omar El Ouaer

En faisant un détour envers le cinéma, on cite WHIPLASH de Damien Chazelle, un film assez irrespirable qui montre le parcours d’un jeune musicien jazz, faisant tout pour atteindre le succès dont il a toujours rêvé. Omar nous donne son avis ainsi qu’une autre recommandation similaire :

« Le film WHIPLASH, c’est un beau film mais c’est pas la réalité ! C’est vrai que le jazz demande beaucoup de rigueur et il faut bosser dure pour arriver à avoir un niveau exceptionnel mais ce n’est pas aussi excessif. Round Midnight de Bertrand Tavernier, par contre, est un film qui raconte la réalité d’un musicien jazz. Ça m’a beaucoup marqué ! » – Omar El Ouaer

On vous laisse savourer à votre tour cette escapade jazzy réalisé par Omar El Ouaer ; un artiste à suivre de plus près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *