« The Theory Of Everything » de James Marsh

Aujourd’hui nous allons parler de la Sclérose Latérale Amyotrophique ou SLA pour les intimes. Je vous ai perdu ? Je vous vois venir !! Oui j’entends bien que vous n’avez pas envie de lire un cours de neuropsychologie. Mais si je vous disais maladie de Charcot, Ice Bucket Challenge, eau glacée et concours de tee shirts moulants et mouillés voire bikini ?

10979248_789435954457983_796526770_n

 Ah c’est déjà mieux. Maintenant que j’ai votre attention, nous pouvons commencer.

 La sclérose latérale amyotrophique est une maladie neurodégénérative qui touche les neurones moteurs (les petites cellules sous vos cheveux dans vos petites têtes et qui s’occupent des muscles et des mouvements, bah elles se détruisent petit à petit). Une personne avec une SLA perd la capacité à faire des mouvements volontaires et intentionnels jusqu’à ne plus pouvoir bouger aucun muscle et mourir (oui bon ce n’est pas très joyeux tout ça j’avoue).

Stephen Hawking est un physicien et cosmologiste britannique,  âgé aujourd’hui de 73 ans et atteint de la maladie de Charcot. Inutile d’aller taper sur google et de lire sa biographie car c’est le but même du film. « Une merveilleuse histoire du temps » est un biopic réalisé par James Marsh sur la vie et la jeunesse de Stephen Hawking. Pour le coup je ne vous cache rien, on ne va pas voir le film pour l’intrigue ou l’histoire, qu’on connait tous un peu. C’est un film qu’il faut regarder pour la narration, l’émotion et le jeu d’acteurs.

 Eddie Redmayne (dans le rôle de Stephen) est juste sublime. Il interprète le rôle à merveille et nous plonge dans l’intimité du personnage. Dans ses craintes, ses douleurs, ses peurs, son amour et son courage. C’est une réelle performance physique et dramatique.

10965658_789435944457984_1693323657_n

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. C’est une phrase qu’on entend à tout bout de champ mais qui prend tout son sens ici et à travers un Eddie Redmayne qui scintille de milles feux.

 Il y avait là un défi assez grand, celui de ne pas tomber dans la banalisation ni la caricature du handicap. Celui de conter l’histoire d’un homme avant celle d’un « handicapé » ou d’un « malade ». Celui de ne pas transmettre de la pitié mais de l’amour, de la reconnaissance et de la fierté.Ce film nous place dans une situation assez délicate, dans la vie privée, dans l’intimité des moments simples et anodins. Je pense qu’au-delà de Hawking, c’est un film qui nous livre le combat acharné et sans répit d’une épouse dévouée, d’une mère aimante et présente et d’une femme d’exception (interprétée par la magnifique Felicity Jones) .  « Derrière chaque grand homme il y a une femme ». Vous n’y croyez pas ? Et pourtant si vous saviez …

10965538_789435934457985_244194349_n

Pour finir j’ai envie de dire que pour un biopic il est très réussi. Pendant deux petites heures, on chiale, on a des frissons, des sourires, le cœur qui bat et la gorge qui serre. Je ne considère pas que c’est un film triste, c’est un film au contraire très joyeux si on arrive à voir au-delà de la maladie et du handicap. Si on arrive à levé cette barrière et à voir le courage et l’amour qui ont enveloppé Stephen depuis son diagnostic. Sa capacité à dépasser sa position  d’ « infirme » et d’en faire une force pour avancer jour après jour. C’est un homme heureux et qui plus est célèbre pour ses découvertes et ses publications.

 La leçon que j’en tire, c’est que peut importe ce que vous réserve la vie, rien ne peut vous empêcher de réaliser vos projets, aussi fous soient-ils. Vous me direz ce que vous en tirez par vous-même.

Mise à jour du 23/02/2015 : Je vous offre ce lien pour visionner le film (oui d’accord je n’invente pas le streaming mais fainéants comme vous êtes je sais que vous aimez les petits cadeaux).

Merci. Bisou. Au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *