Antonin Fourneau présente "Waterlight Graffiti", l’installation magique

Après une première exposition en France en 2012 qui a suscité par la suite un engouement international, Waterlight Graffiti atterrit chez nous de manière inédite au sein de l’Institut Français de Tunisie, dans une toute autre version à résolution augmentée.


Le vernissage de l’oeuvre d’Antonin Fourneau a eu lieu le Samedi dernier, 23 Janvier dans la galerie de l’établissement, et on y était !

12615392_10208506193442575_3468369324718837577_o

                                                                                                         ©Younes Ben Slimane

[divider]

[dropcap]D[/dropcap]ans une ambiance bon enfant accompagnée musicalement par le DJ Set de Khalil, on a pu découvrir un mur composé de plusieurs LEDS. Il s’agit de diodes électroluminescentes qui réagissent au contact de l’eau en émettant de la lumière.
On met à notre disposition des pinceaux que l’on doit tremper avec lesquels on est appelé à dessiner ou écrire comme bon nous semble sur ce support qui s’illumine alors soudainement sous l’influence de la sensibilité du matériau.

Notons que l’utilisation d’un liquide différent, en l’occurrence un gel spécial, permet de fixer le graffiti sur l’œuvre de façon prolongée. Un moyen bien original pour s’exprimer ! 

 

ZOOM SUR  L’ARTISTE.

 

[dropcap]A[/dropcap]près avoir effectué une recherche en interactivité de l’eau à l’Ecole nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, Antonin Fourneau réalise deux premiers projets avant de donner naissance à l’installation Waterlight Graffiti.

Sa toute première expérience consiste à connecter des baguettes coréennes en métal avec un système leur permettant de détecter et réagir à des sushis humides en composant une note de musique. Ou comment transformer une soirée sushis entre amis en vrai orchestre philharmonique !


Deux ans après, il élabore Joey suite à la lecture d’un livre sur un enfant autiste se prénommant Joey, qui ne pouvait communiquer avec le monde qu’en étant faussement branché à de l’électricité.
Il développe alors une prothèse conduisant l’électricité par le biais de la salive à travers un dispositif, permettant ainsi à Joey de communiquer grâce à sa langue.
L’artiste émet aussitôt un lien entre cette œuvre et le rappeur Joey Starr et sa mâchoire communicative.



Plus tard, au cours d’un voyage à Pékin, lui vient l’idée de fabriquer une plateforme permettant de dessiner à l’eau sur un principe lumineux pour la rendre “plus magique et voyante”.
Après plusieurs prototypes et tentatives plus ou moins réussies, il arrive enfin à concrétiser son invention et à lui donner la meilleure allure, celle là même qui est exposée à l’Institut Français de Tunisie, le Waterlight Graffiti.  
Son projet trouve brusquement un écho planétaire sur le net avec plus de 500 000 vues réalisées en l’espace d’une semaine.

 

[dropcap]I[/dropcap]l est alors invité à présenter son œuvre de par le monde et aujourd’hui, en Tunisie où il y découvre l’artiste The Inkman qui élabora une merveilleuse performance calligraphique sur son installation lors du vernissage.
Antonin ambitionne peut être un jour d’introduire ces surfaces intéractives dans la vie quotidienne architecturale du citoyen en les faisant réagir avec l’homme et les éléments de la nature. 


Si vous l’avez ratée, ne vous en faites pas ! L’exposition se prolonge jusqu’au 20 février 2016.

 

12615621_1676404305933109_7003886021087460126_o

 

 

 

Leïla Hizaoui
Crédit Photo : Younes Ben Slimane

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *