"Haythem Hadhiri" : Quand le lyrisme des Opéras occidentaux s'inspire de l'Orient

Un talent se faisant discret en Tunisie, le chanteur lyrique Haythem Hadhiri est parmi les rares artistes tunisiens orientés vers le monde de l’Opéra.

11224334_10207604221850001_1396150437004089708_n

 

[dropcap]L[/dropcap]uthiste formé au Conservatoire national et diplômé du Conservatoire Abdelkarim Shabou en musique arabe, il intègre l’Institut supérieur de musique, où il se spécialise en chant oriental et en arts lyriques et scéniques. Haythem Hadhiri aura été le premier arabe admissible au conservatoire national de Paris sur concours et également premier arabe à avoir obtenu le concours des Clés d’or de Paris.

Depuis 2004, s’enchaînent les prestations aux quatre coins de la méditerranée. Sa première composition se fait avec la poétesse palestinienne Nouhe Khalaf, et son premier concert de chant lyrique avec l’orchestre symphonique tunisien, s’ensuivent alors différentes apparitions au Festival de Carthage.

Une crédibilité qui lui permet d’intégrer la distribution d’une production tuniso-italienne « La Traviata » et de réaliser son premier Opéra complet, « Pergolèse » avec Yosra Zekri.
Élu meilleure voix masculine en 2010 face à la fameuse voix de Hassen Doss, l’artiste élargit ses horizons, en collaborant avec l’Opéra de Rome « La Bohème », et en se produisant dans l’Opéra « Rigoletto » de Verdi à Paris, et participe durant 4 ans au Festival international de la musique d’Alger.

Puisant dans les textes de Nizar Qabbani  dans « Eghdhab », le ténor tunisien enrichit son inspiration au fil du temps.
Sa reprise de « Alifi ya soltani » en chant lyrique, revisitée avec le chef d’orchestre Ahmed Achour, lui permet de remporter un franc succès à l’étranger.

N’hésitant pas à allier différents répertoires du monde musical, il revisite ainsi un chant Soufi datant de 600 ans en l’employant dans un Opéra classique accompagné d’instruments jazz-rock.
Une de ses créations originales est le concert « Tornado », qui fait le tour du patrimoine de chant lyrique classique méditerranéen.

Ses projets ? Vouloir innover le chant tunisien et développer l’Opéra arabe en priorité.
Son plus grand rêve serait de créer un opéra tunisien ayant un répertoire lyrique comportant des vocalises nouvelles et un dialecte purement tunisois.

Haythem Hadhiri sera en concert le 28 Juillet 2016 à la Basilique Saint-Cyprien dans le cadre du Festival de Carthage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *