ART FAIR : Épilogue estival crépusculaire avec Âme

En invitant le duo Âme pour une envolée nocturne de 8 heures, HYPE et GAIA auront permis aux nightbirds tunisiens de faire leurs adieux à cette saison estivale haute en couleur en beauté.
Des airs d’épilogue enchanteur, d’un des étés les plus prolifiques et les plus riches en matière de musique électronique.

IMG_7577

 

Une rave XXL altruiste

[dropcap]L[/dropcap]a réussite tient tout d’abord évidemment à une programmation musicale de qualité XXL « Bigger than life ».
Soit non pas 8 heures, mais 9 (c’était la surprise d’Art Fair), d’expérience sonore intensive en compagnie d’un des duos des plus prodigieux de la scène électronique mondiale, et fidèles des tops de l’incontournable Resident Advisor.

Outre, le professionnalisme au niveau organisationnel, l’atout non négligeable de cet événement réside aussi dans le fait qu’une partie des recettes a été allouée à l’association Wallah We Can.
Quoi de mieux que de s’amuser intelligemment pour une noble cause ? Un axe important de nos jours, qui démontre que les clubbers ne sont pas forcément des êtres insensibles incapables de penser à autre chose qu’à eux-mêmes. Comme le dit le dicton, la musique adoucit les mœurs.
Qui a dit que les hédonistes de la musique électronique vivaient dans une bulle d’insouciance ?

 

IMG_7419

 

L’art au centre des préoccupations 

[dropcap]I[/dropcap]dée judicieuse que d’avoir aménagé ce coin chill joliment décoré, pour ceux qui voudraient le temps d’un instant reprendre leur souffle, reposer leurs oreilles ou simplement échanger, tout juste devant les œuvres des artistes visuels de la programmation artistique d’Art Fair : Va Jo, Selim Tlilli, Myriam Bettaieb, Issam Khmir et Ymen Berhouma.

La proximité de cet espace avec le mini-souk des créateurs, contribue à leur donner une vitrine idéale dont ils ne jouissent pas toujours.
À savoir, mettre en valeur des travaux et créations artistiques qui méritent le détour en leur assurant une visibilité auprès d’une catégorie « jeune et branché ».
L’enjeu n’étant pas principalement de vendre sur place, on l’aura compris, mais de surtout marquer sa présence sur le marché.

Tout au long de la soirée, les « shazam humains », ces amis qui passent vous donner instantanément le nom du magnifique morceau qui vient d’être joué, reconnaîtront avec zèle le Happy Piece for Happy People Piece de Vioski, le Maniac 3000 de Dennis Ferrer, le Mozam de Trikk ou encore l’Harmony Two d’Applescal.

 

IMG_7479

 

Un Closing en Apothéose !

[dropcap]L[/dropcap]e zenith de la soirée est atteint quand les première notes tant attendues de Running, le prodigieux remix de Moderat commencent à effleurer nos tympans.
Cette mélodie fantomale qui semble émaner du fin fond des astres porte progressivement la foule à ébullition.
Cette nuit pleine de surprises, de rencontres et de retrouvailles entre noctambules atteint alors son apogée.
Une danse transcendante qu’on aurait souhaité voir ne jamais se terminer, et qui continue de nous hanter bien après…

Quand les lumières chatoyantes de La Guinguette du Carpe Diem prennent le pouls de la vie nocturne de la banlieue nord de Tunis, le temps semble suspendu et chaque espoir, enfin possible.

Mais c’est alors que sans s’apercevoir du temps qui passe, on se retrouve vite fait en train de devoir faire nos adieux à ce duo épatant avec le titre Lonely, mélancolique à souhait. Et avec eux, à tous ces gens, à tous ces souvenirs et à ces moments passés de jouissance que nous chériront à jamais dans un coin de nos têtes.


On descend alors le rideau, on traîne nos pieds jusqu’à la sortie avec répugnance en gardant ce petit sourire au coin des lèvres, contents d’avoir vécus et savourer cette vibe d’euphorie collective.

 

 

 

Crédits Photo : Hamza Bennour

 

IMG_7274

 

IMG_7259

 

IMG_7172

 

IMG_7150

 

IMG_7145

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *