DREAMSCAPES : Traversée surréaliste vers les paysages fantasmagoriques de J.A.Morning

La Galerie Saladin, fameuse escale d’artistes de renommée internationale, entame derechef du 19 novembre au 3 décembre, une nouvelle exposition d’une finesse incontestée, apportant plusieurs techniques innovantes de peinture et estampage sur un ensemble d’oeuvres à couper le souffle.

15032709_1515398405153936_8488897774518638248_n

 

[dropcap]A[/dropcap]spirant à la zénitude, l’exposition baptisée DREAMSCAPES, néologisme du terme anglais “dream“ qui veut dire rêve, et “landscapes” qui veut dire paysages, se veut être l’abouchement de deux concepts, renvoyant à des visions oniriques s’exhalant de l’imaginaire. Abstraction, surréalisme et exubérance de symboles naturels, c’est ainsi que l’artiste fantaisiste s’adresse à ces toiles.

Jo Ann Morning, plasticienne Californienne de formation artistique multinationale, a entamé à ses débuts des études de design et peinture à Los Angeles.
En 1969, elle s’est reconvertie aux beaux arts tout en poursuivant ses études à l’institut des arts de San Francisco. À Paris, elle avait fait la rencontre du fameux Stanley W Hayter, gourou incontesté de la Gravure non figurative
. Elle avait posé ses valises en Tunisie 32 ans plus tôt, et depuis, ne cesse de s’inspirer de la béatitude, simplicité et douceur du peuple qui l’entoure.

Une panoplie de chefs d’oeuvres aux couleurs chaudes mettent en exergue la volupté des corps féminins, ainsi que la magnificence du naturel vivant : transe sensuelle et sensorielle, évasion mentale et spirituelle dans une projection cognitive propre à Jo Ann.

Une multitude de techniques ont été ingénieusement brassées sur toile (presse, collage, gravure,ou monotype), exécution superbe témoignant d’une étincelle de créativité unique.

Ne voulant pas divulguer tous les secrets du métier, elle s’est armée en affirmant : “ Quand on est femme, on garde toujours quelques mystères”.

L’artiste propose quand-même une démonstration des techniques abordables ce Samedi, 26 Novembre dans le même espace de son exposition, Saladin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *