Jazz à Carthage 2017 : Coup de Cœur pour Pink Martini “Le Petit Orchestre Rétro »

On vous recommande

Jazz à Carthage 2017 : Coup de Cœur pour Pink Martini “Le Petit Orchestre Rétro »

La scène du festival Jazz à Carthage été entièrement dédiée, le Samedi 8 Avril, aux Pink Martini : Un groupe de smooth jazz/lounge originaire de Portland, sillonnant le monde d’un festival à un autre, transportant avec eux un océan de références culturelles.

ARph-1040315

L’esprit des Music-Halls ressuscité 

Composé de 12 membres parmi lesquels figurent la majestueuse vocaliste Storm Large, sorte de Betty Boop à la chevelure blonde, le pianiste et leader Thomas M. Lauderdale, ou encore le distingué Ari Shapiro : Cette formation regorge de prodiges musicaux, certains diplômés de Harvard, qui ne cessent de jongler entre instruments et vocaux donnant naissance à des mélodies incroyablement succulentes.

Les Pink Martini(s) connaissent depuis 1997 un succès sans égal, qui avait commencé avec leur tout premier album “Sympathique” : Un arsenal de compositions et reprises soulignées par un style musical mêlant le jazz rétro, fusion et lounge. Couronné d’un double disque d’or, Sympathique a fait plongé le groupe dans une longue série de performances à travers le monde.

“Je dis oui” est leur dernier album sorti en 2016, “Joli garçon” et “Blue Moon” en sont les titres les plus phares. Enrichi d’un nombre de reprises et compositions de diverses langues (français, anglais, arabe, turc), il témoigne d’une vingtaine d’années d’expérience.

ARph-7647

Une ode musicale kaléidoscopique

Désolée si je ne comprends pas bien, mais je suis blonde et américaine donc stupide”. C’est ainsi que l’envoûtante Storm Large a donné le ton d’un spectacle hors normes. Dix des membres du groupe Pink Martini étaient là pour présenter un bouquet musical rocambolesque :

Une aigrette de titres exquis anciens ou recomposés, des reprises revisitées de Feirouz ou encore d’Abd el Halim , un twirling léger mais plaisant entre les mélodies de Shubert, Ray Charles et Gloria Gaynor.

L’univers de  Pink Martini ne connait pas de frontières, leurs prestations sont chantées en anglais, en français, en arabe, et même en arménien.
Quand il s’agit de danse, Storm Large prend le gouvernail pour secouer la scène avec ses pas de swings survoltés, aguichant les regards des spectateurs conquis par autant de grâce et de désinvolture.
Un spectacle bien “sympathique”, rafraîchissant et revigorant !

 Une douzième édition inopportunément inhumée

Le festival s’est magnifiquement clôturé par une dernière soirée animée par l’artiste tunisien Sabri Ben Mosbah, suivi par la captivante Akua Naru, revenue pour une deuxième édition.
Jazz à Carthage – festival ô combien sensationnel – a su faire retentir des échos plutôt positifs, grâce à des prestations musicales exceptionnelles et une organisation pointilleuse.
De quoi laisser ses fans fort désireux, voir tenus en haleine face à la programmation de la prochaine édition…

SC5A1998

 

Crédit Photo : 
Andrea Rotili

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On vous recommande