LA BELLE ET LA MEUTE de Kaouther Ben Hania, inspiré de l’Affaire Meriam, en sélection à Cannes

On vous recommande

LA BELLE ET LA MEUTE de Kaouther Ben Hania, inspiré de l’Affaire Meriam, en sélection à Cannes

La réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania continue de faire son chemin…  Son dernier projet « La Belle et la Meute » figure cette année parmi les heureux élus de la sélection cannoise de la 70ème édition.

unnamed

17 années de passage à vide 

Cela fait exactement 17 ans qu’aucun film tunisien n’avait été accepté dans la section Un Certain Regard. Depuis « La Saison des Hommes » de Moufida Tlatli plus précisément.
Ce long-métrage de fiction inspiré autour d’un fait divers qui avait choqué l’opinion en Tunisie tient vraisemblablement toutes ses promesses.

Sans être une reconstitution de l’affaire Meriam, coupable d’avoir été violée par deux policiers,  le film prend des libertés par rapport à la tragédie, tout en se targuant déjà d’être un objet filmique fort intéressant, puisqu’il s’articulera autour de 9 plans séquences qui auront la tâche de retracer cette terrible nuit où Meriam a décidé de porter plainte.

En voici le Synopsis :

« Lors d’une fête étudiante, Mariam, jeune tunisienne, croise le regard de Youssef.

Quelques heures plus tard, Mariam, erre dans la rue en état de choc.
Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et sa dignité.

Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ? »

Du côté de la distribution, on retrouvera Mariam Al Ferjani dans son premier grand rôle au cinéma, Ghanem Zrillivu dans Thala mon Amour, mais aussi une Anissa Daoud absolument méconnaissable, ainsi que Noomane Hamda, Mohamed Akkari, Chedly Arfaoui et Mourad Gharsalli.

Toujours épaulée par le producteur Habib Attia de Cinétéléfilms, et co-produite cette fois-ci par Nadim Cheikhrouha de Tanit Film, Kaouther Ben Hania n’en est pas à sa première aventure cannoise, puisque son Challat de Tunis avait déjà fait l’ouverture de l’ACID en 2014, une des récentes sections parallèles du Festival.

Rendez-vous donc le 19 Mai, jour de la présentation du film, pour connaitre les premiers échos de la presse et du public sur ce drame retraçant le combat d’une femme pour défendre son honneur et faire reconnaître son traumatisme face à une meute de loups. Celle d’une société qui condamne avant de comprendre, qui juge avant de connaitre.

Souhaitons-lui le même destin que l’Inconnu du Lac, Laurence Anyways ou encore Force Majeure !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On vous recommande