Mehdi Ben Cheikh le roi du street art

Le street art qui s’est d’abord inscrit dans le paysage urbain, investit aujourd’hui les galeries. Il est passé de l’interdit jusqu’à la consécration sur le marché de l’art.Considéré comme un art éphémère qui ne cesse de se réinventer, il existe sous plusieurs formes, graffiti, collage, pochoir… Il est aujourd’hui une discipline à part entière.

Une galerie s’est distingué dans ce domaine….

Crée par Mehdi Ben Cheikh que certains désignent comme le « pape » du street art en France, la galerie Itinerrance située dans le 13 ème arrondissement de Paris collabore avec des artistes déjà connu à l’international et encore inédits en France tout en s’attachant à faire émerger de nouveaux jeunes talents et en privilégiants les évènements hors les murs. Ses expositions mêlant accrochage traditionnel et wallpainting sont devenues des rendez vous incontournables de la scène artistique parisienne. Ses projets et ses expositions dépassent les murs de la galeries, pour couvrir ceux de la ville et en faire un musée à ciel ouvert. Tel est le projet « fou » auquel s’est attaqué Mehdi Ben Cheikh.

Un parcours artistique intitulé « street art 13 »

Avec la connivence du maire du 13 ème arrondissement, il a récupéré une quarantaine de murs qui vont être peints par des artistes trié sur le volet pour offrir à Paris une autre forme de musée. Un musé à ciel ouvert sur le boulevard Vincent-Oriol qui commence de la seine et se termine place d’Italie. Il a choisi délibérément des murs qui se voient  à partir de la ligne aérienne du métro. Le but étant que tous les passagers empruntant la ligne 6 traverse une expo.

« Il y a beaucoup plus de personnes dans le métro que dans les musées. Aujourd’hui, tous ces gens traversent une expo et non une succession de barres HLM. On dit que Paris est vieillissante, figée, là on démontre le contraire. C’est un nouveau Paris, jeune, dynamique et créatif », déclare Mehdi Ben Cheikh.

Parmi ces artistes on trouve de grands noms tel que Invader, Inti, C215, Conor Harrigton…..qui de par leur notoriété attirent un public friand de street art et entraînent un nouveau type de tourisme.

  credit photo: Milan Poyetcredit photo: Lionel Belluteau

Mehdi Ben Cheikh l’homme aux projets grandioses

La tour 13

La galerie Itinerrance a aussi été l’instigatrice d’un projet hors norme en 2013, la non moins célèbre Tour 13. Il s’agit d’un immeuble voué à la démolition qui a été investit par plus d’une centaine d’artistes de 18 nationalités différentes. Des oeuvres éphémères qui seront détruites avec la démolition du bâtiment. La plus grande exposition collective de street art de Paris attira un grand nombre de visiteurs et connu un franc succès.

Djerbahood

La galerie a aussi oeuvré en Tunisie en 2014 et plus précisément à Djerba avec le projet « Djerbahood » . Le village d’Erriadh a accueilli une centaine d’artistes venus des quatre coins du monde pour faire de ce lieu authentique un espace d’expression et un lieu incontournable du street art en Tunisie. Une aventure unique et riche en rencontres entre artistes et habitants.

Le 32BIS une galerie à Tunis dédié à l’art urbain

Mehdi Ben Cheikh est aussi le propriétaire avec Yosr Ben Ammar du 32 BIS, un ancien bâtiment qui abritait la fabrique Philips, située en plein coeur du centre ville de Tunis. L’inauguration de ce lieu insolite en juin 2015 s’est faite par le vernissage de l’exposition « Urban Project». Dix artistes tunisiens et internationaux, icônes du street art y ont exposé leurs oeuvres.

Earth crisis, l’exposition de SHEPARD FAIREY alis OBEY GIANT

Du 20 novembre au 11 décembre 2015 SHEPARD FAIRLEY a dévoilé « Earth crisis » une sphère géante suspendue entre le premier et le deuxième étage de la tour Eiffel avec pour thème l’environnement. Une installation qui coïncidait avec la conférence de Paris sur le climat, la COP21. Un projet pensé et mis en place par La Galerie Itinerrance. Une exposition de l’artiste à la galerie a eu lieu du 24 juin au 30 juillet 2016 en extension à son installation du globe géant.

Mehdi Ben Cheikh est un passionné de street art, qui ne cesse de nous surprendre avec ses projets plus fous les uns que les autres. A quand un retour à Tunis, pour un face au profil avec Zoopolis.

credit photo: google image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On vous recommande