Retour sur Art Paris Art Fair 2017

La galerie Aicha Gorgi et la galerie El Marsa étaient présentes à l’édition de Art Paris Art Fair 2017 qui met cette année l’Afrique à l’honneur.

La foire Art Paris art Fair qui se tient chaque année au Grand Palais à Paris a su depuis 2012 forger sa réputation par l’exploration de scènes étrangères peu ou pas présentes en France, après la Russie, la Chine , l’Asie du sud Est, et la Corée du Sud, Art Paris Art Fair met cette année pour sa 7ème édition l’Afrique à l’honneur.

Confié à Marie-Ann Yemsi, commissaire artistique associée pour cette édition, cette invitation donne une image actualisée des scènes contemporaines, et met l’accent sur une génération émergente et talentueuse d’artistes originaires du continent africain et de ses diasporas.

Pour cette mise à l’honneur de l’Afrique les organisateurs ont abandonné l’idée d’une plateforme Africaine au profit d’une dissémination des 20 galeries invitées dans les allées de la foire.

À ce rendez vous incontournable de la foire d’art moderne et contemporain la galerie Aicha Grogi à Sidi Bou Saïd, et la galerie El Marsa étaient présentes.

Retour sur une expérience marquante

La galerie Aicha Gorgi a exposé une sélection de toile de Slimane El Kamel, des sculptures de Rim Karoui, les « livres des anomalies » de Aicha Snoussi, et les livres d’artiste de Héla Lamine.

Pour A. Gorgi l’interêt de cette expérience réside dans la visibilité que l’on donne aux artistes et les nouveaux contacts que l’on peut établir sur le plan professionnel. Le public parisien a manifesté beaucoup de curiosité et d’interêt face aux oeuvres des artistes avec un retour plus que favorable.

Le travail de Aicha Snoussi s’est d’ailleurs distingué et son installation s’est aussitôt vendue à une institution sud américaine.

La galerie El Marsa a quant à elle présenté une sélection de peintures, dessins et collages de cinq artistes contemporains d’Afrique du nord et du moyen orient.

Parmi lesquels trois tunisiens, Atef Maatallah qui revisite les codes de la figuration narrative à travers une vision intime de la vie quotidienne, Thameur Mejri dont le travail est un moyen de protestation et de provocation qui dénonce les interdits sous leurs aspects sociaux, culturels et politiques dans le rapport au corps et Gouider Triki qui explore la notion d’identité culturelle dans une approche fortement influencée par le surréalisme, le cubisme et l’expressionnisme. Des oeuvres qui soulèvent des questionnements et des réflexions sur des sujets actuels brûlants dans nos sociétés et notre monde.

D’après Lilia Ben Salah directrice de la galerie El Marsa le public a pu apprécier et appréhender les oeuvres exposées. Les visiteurs étaient en général très intéressés et curieux de découvrir le travail de ces artistes qui restent encore inconnus pour la majorité du public français. Dès l’ouverture de la foire, les visiteurs se sont attardés sur le stand découvrant la représentation d’une jeunesse en errance et sans avenir dans les dessins au crayon de Atef Maatallah qui appose des détails singuliers imprégnés d’un souffle poétique.

Thameur Mejri a lui été désigné comme faisant parti des 10 jeunes artistes africains à voir à Art Paris Art Fair par le site culture trip.

« Depuis plus de 10 ans, nous participons à de nombreuses foires dans le monde et chaque expérience est importante et profitable puisqu’elle permet de donner une plus grande visibilité et de promouvoir nos artistes ainsi que notre programme d’exposition en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique. Cette édition de Art Paris a été une belle réussite pour nos artistes tunisiens et arabes dont le travail a suscité un réel intérêt malgré une société française en proie à la crispation et un climat tendu en Europe et dans le monde! Un organisateur m’a même dit que notre stand avait eu un grand succès sur la foire malgré le « climat islamophobe » actuel en France, selon ses propres mots. J’ai ressenti plutôt de la sensibilité et de la curiosité de la part du public pour des artistes talentueux et des sujets qui touchent tout le monde aujourd’hui. Il semble que le programme sur notre stand a pu inspirer une réflexion et une ouverture à la compréhension d’autres cultures et à une autre dimension du présent ; n’est-ce pas le rôle de l’Art ? » Nous rapporte Lilia Ben Saleh.

Art Paris Art Fair s’est tenu du 30 mars au 2 avril au Grand Palais à Paris réunissant 139 galeries d’art moderne et contemporain de 29 pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On vous recommande