The absence of Paths: La Tunisie à la 57e édition de la Biennale de Venise

Après plus d’un demi-siècle d’absence la Tunisie sera présente à la 57e édition de la Biennale de Venise avec « The absence of Paths » commissionnée par Lina Lazaar, et soutenue entre autre par la Fondation Kamel Lazar aux côtés du Ministère des Affaires Culturelles de la Tunisie.

[dropcap]T[/dropcap]he absence of Paths  (l’absence de chemins) , pavillon tunisien à la Biennale de Venise se présentera de manière atypique, loin de l’espace classique présentant des oeuvres et des artistes. La volonté est d’occuper l’espace géographique de la Biennale qui, avec ces pavillons, représente un micro monde et permet d’interpeller le public, les représentants culturels et artistiques de nombreux pays sur la question de la mobilité des individus dans un monde qui se ferme de plus en plus à l’autre, et à ce qui lui est étranger. Il prendra la forme d’une action symbolique et interactive qui sera visible par la production et la distribution de Freesa, un document de voyage universel, ainsi que des performances artistiques et une plate-forme interactive présentant des oeuvres d’artistes.

Freesa

Un document de voyage physique appelé Freesa, produit avec l’aide de Veridos, une des meilleures entreprises dans la production de documents d’identification sécurisés pour les pays sera distribué durant la Biennale. Freesa sera émis à trois endroits à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre de la Biennale:

  • Le kiosque de la marine, un point de contrôle extérieur historique qui a été utilisé par la marine pour contrôler l’accès au chantier naval l’Arsenal
  • Un centre central d’émission dans le bâtiment Sale d’Armi à l’intérieur de l’Arsenal
  • un kiosque municipal de XIXe siècle sur la rue Garibaldi.

Ensemble, ils créeront un pavillon triangulaire.

La participation de la Tunisie à la Biennale est accueillie avec beaucoup d’enthousiasme et nous comptons à ce jour plus de 1700 visiteurs qui ont reçu leur Freesa.

Performances artistiques

Des performances seront aussi programmées tout au long de la Biennale avec comme fond sonore des enregistrements de musique traditionnelle tunisienne. Ces enregistrements anthropologiques sont une compilation de sept années de recherche en Tunisie, plus particulièrement dans les villes de Mednine, Kasserine, Ghomrassen et Bembla à Khniss. Ils seront fusionnés avec des sons électroniques conceptuels créant un nouveau style qui met en évidence le passé tunisien et son avenir.

Performance de Ghalia Ben Ali
Performance Lilia Ben Romdhan et Nikolaos Symeonidis

Une plate-forme interactive

En parallèle, une plate-forme en ligne interactive est ouverte afin de permettre à tous les artistes et acteurs tunisiens d’être présents lors de la Biennale. Cette plateforme sera visible sur écran dans un des kiosques, et présentera les oeuvres d’artistes autour de la thématique de la migration. Elle sera constamment enrichie pendant toute la durée de la Biennale afin d’aboutir à un ouvrage reprenant les contributions majeures.

www.theabsenceofpaths.com

C’est dans ce contexte que se situe la participation tunisienne : en partant du constat que la Tunisie est une terre de migrations par son histoire et son actualité, il s’agit d’interpeller le public international de Venise sur l’abolition des frontières géographiques et culturelles, de dénoncer l’intolérance et la défiance de l’Autre qui sont aujourd’hui au cœur du phénomène migratoire, de faire réfléchir les visiteurs sur leur propre façon de se déplacer et sur les chemins qu’ils empruntent dans ce monde, de leur donner l’envie d’appartenir à une communauté humaine qui redessine autrement les frontières et en renégocie les contours.

Facebook

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On vous recommande