# carthage

Les TEDx 2017 se succèdent en Tunisie
Read More

La série des TEDx en Tunisie pour cette année a commencé depuis le 12 Février avec le lancement d'une édition TEDxUniversityOfTunisElManar à Tunis. D'autres conférences TEDx ont suivi (TedxIHECCarthage et TEDxCarthage entre autres) et d'autres approchent à grands pas dans différentes villes tunisiennes. 1 TED c'est quoi ? Acronyme de "Technology, Entertainment and Design", il s'agit d'une série de conférences partantes du principe des "idées qui méritent d'être diffusées (Ideas Worth Spreading)" dans le but d'inspirer les gens et œuvrer pour rendre le monde meilleur. Le concept est simple : On donne une plate-forme aux meilleurs penseurs, innovateurs et visionnaires les plus inspirants au monde. Pendant 18 minutes, ces "speakers" vont partager leurs expériences et visions avec le public présent de la façon la plus innovatrice et efficace.Les conférences TED avaient commencé en 1984 en Californie, et gravitaient initialement autour des thèmes relatifs aux technologies et design (suivant la logique de la Silicon Valley dont TED est originaire). C'est vers la fin des années 90 que les TED, récupérées par la Fondation Sapling (une fondation à but non-lucratif), s'étalent encore plus pour atteindre et susciter l'intérêt de plus de personnes à travers le monde. Cette globalisation est observée d'abord à travers les endroits des TED, avec l'introduction du TEDglobal dans plusieurs villes du monde ainsi que la mise en oeuvre du projet OTP (Open Translation Project), qui consiste au sous-titrage des TED à plus d'une centaine de langues, permettant ainsi aux communautés qui ne parlaient pas l'anglais d'assister et assimiler les conférences. Les thèmes abordés ont également été étendus, et on invitait ainsi des scientifiques, musiciens, philosophes et autres à prendre la parole aux TED. 1 Qui a parlé aux TED ? Plusieurs personnalités de renom et d'influence ont parlé aux TED, notamment le 42ème président des Etats-Unis Bill Clinton, l'ex premier-ministre de la Grande-Bretagne David Cameron, le fondateur de Microsoft Bill Gates ou encore l'anthropologue britannique et messager de la paix des Nations Unies Jane Goodall parmi tant d'autres. TEDx : En quoi cela diffère des TED ? Les conférences TEDx sont des conférences qui, bien qu'étant indépendantes des TED, utilisent les mêmes principes et règles instaurées par TED. Les TEDx peuvent être organisées n'importe où dans le monde, par n'importe quelle personne ou organisme doté d'une licence gratuite délivrée par TED (notamment à l'issue d'une participation au programme TEDFellows). Plus d'un millier de conférences TEDx ont eu lieu dans plus d'une centaine de pays au monde, avec différents programmes et conférences thématiques allant des plus génériques tels que TEDxYouth, TEDxCorporate, TEDxWomen ou TEDx in a Box, aux plus spécifiques comme TEDxHarvard, TEDxWellington ou TEDxWalledCity...En 2012, un TEDx Music Project a été créé. Il s'agit d'une librairie regroupant les meilleures performances musicales ayant eu lieu durant des conférences TEDx. Cette librairie compte actuellement plus de 600 titres disponibles en écoute sur Souncloud. 1 TEDx En Tunisie TEDx a été introduit en Tunisie depuis 2010, voyant participer des personnalités telles que Raja Farhat, Olfa Youssef, Slim Amamou, Rim Banna, Leila Charfi, Teyssir Ksouri, Majd Mastoura et Hend Chaouch entre autres... L'événement a tant de succès auprès des tunisiens qu'il est très courant de voir les places consacrées gratuitement au public s'épuiser seulement quelques heures (voire quelques minutes dans certains cas) après l'ouverture des inscriptions pour une conférence TEDx quelconque.En 2017, on a déjà eu droit à une édition TEDxCarthage au Palais des Congrès à Tunis avec la participation de personnalités telles que Ghazi Mrabet, Faten Kallel, Badreddine Ouali, Rochdi Belgasmi entre autres. La prochaine conférence TEDx sera celle à Dar Nabeul (TEDxNabeul) qui aura lieu le 1er Octobre et verra la participation de Lina Ben Mhenni, Fares Ben Souilah, Jaafar Gasmi et Wafa Ghorbel entre autres. D'autres événements TEDx tunisiens ont déjà été programmés et prévus fin 2017/début 2018 :TEDxUniversityofMannouba le 7 Octobre à TunisTEDxLycéePilotedeSousse le 29 Octobre à SousseTEDxElMenzahWomen le 1er NovembreTEDxSidiMansour le 26 Novembre à SfaxTEDxYouth@ElMenzah le 17 Décembre à TunisTEDxDjerba le 24 Décembre à DjerbaTEDxJendoubaVille le 24 Décembre à JendoubaTEDxGammarth le 13 Janvier 2018 à Tunis 1 Les lieux exacts ainsi que les listes des speakers seront dévoilés à l'approche de chaque conférence.

S O U N D S Y S T E M
Read More

S O U N D S Y S T E M Le 24/08/2017 à 19:30 Cathédrale Saint-Luis de Carthage voir map 30 dt Line UpDétails 1 Détails Trouble. est un label exclusivement Tunisien, fondé par Ben khlifa et Basic Structure et spécialisé dans la techno industriel. Leur but est d'introduire un style de raves inédit en Tunisie . Ils ont choisi cette fois l'acropolium de carthage dont l'architecture et le décor conviennent parfaitement au style de trouble , une musique brute, complexe et engagée .L'évenement S O U N D S Y S T E M se tiendra le 24 aout a l'acropolium de carthage . Line up :Ben khlifaBasic Structure Ola OscuraSP guest : Warma Tenez vous prêts pour 5 heures de pure techno /// Line Up Ben Khlifa Basic Structure Ola Oscura 1 2 3

FACE AU PROFIL : « Emel Mathlouthi »

Tête à tête avec Emel Mathlouthi après 5 ans d'absence sur la scène tunisienne. Nouvelle vie, nouvel album et nouveau concert au Festival International de Carthage FC. EMEL Marthlouthi face à ZOOPOLISTête à tête avec Emel Mathlouthi après 5 ans d'absence sur la scène tunisienne. Nouvelle vie, nouvel album et nouveau concert au Festival International de Carthage FCPublié par ZOOPOLIS.tv sur lundi 7 août 2017 Face au profil Face au profil : « Wassim Ghozlani » FACE AU PROFIL : « Lina Lazaar » Face au profil : « VIPA » Face au profil : « Kaouther Ben Hania »

Terroriste moins quart

Terroriste moins quart Le 06/08/2017 à 22:00 Au Théâtre Antique de Carthage voir map 20 dt - 30 dt DétailsréservezDétails Raouf Ben Yaghlane revient sur scène avec  » terroriste moins quart », une comédie sociale où il se livre à une critique acerbe de tous ceux qui se proclament djihadistes au nom de Dieu et qui n’ont en réalité aucun rapport avec la religion musulmane, laquelle par définition, appelle à  la paix et à la fraternité. Ben Yaghlane se lance dans l’autopsie du phénomène du terrorisme en tentant de révéler son vrai visage,  en s’appuyant sur le résultat d’un long travail  d’investigation mené auprès de jeunes issus de plusieurs localités tunisiennes, d’experts de terrorisme, de spécialistes d’Islam et de  sociologues. 1 2

MAEVE : Les incontournables Mano Le Tough et Baikal pour la première fois en Tunisie
Read More

Le remarquable label allemand MAEVE, donnera son 1er Showcase en Tunisie le 05 Novembre prochain, en présentant de manière exclusive, l'un des artistes les plus suivis et les plus connus du moment, Mano Le Tough, accompagné de Baikal, l'hauteur de la bombe estivale 2016, ainsi que du puissant The Drifter qu'on ne se lasse jamais de retrouver. Des titres d'une beauté chimérique  [dropcap]R[/dropcap]appelez-vous, il devait être présent parmi nous pour la saison estivale 2015 à la seconde édition d'Ephemere, mais les circonstances sécuritaires défavorables à l'époque avaient entraîné une simple annulation qui avait désappointé un public impatient de découvrir en chair et en os ce trublion de la scène électronique mondiale. Cet habitué du haut des classements, occupe la 15ème place dans le top 100 annuel des artistes de Resident Advisor. Quant à son dernier titre en date Energy Flow, retravaillé par Dj Koze, celui-ci caracole au 19 ème rang des meilleurs titres de l'année. On lui doit notamment le mythique remix en collaboration avec Tale of Us d'I Can't Do Without You, morceau d'une mélancolie incommensurable, qui réussit l'exploit de faire encore mieux que l'original. Mais aussi des titres comme I See Myself In You, Primative People, Take it back, Everything You’ve Done Before, On My Mind... Le track de l'été ! [dropcap]N[/dropcap]otre second invité de marque qui emprunte son nom au plus vieux et plus légendaire lac au monde, situé au sud de la Sibérie, est un autre artiste de poids... Avec son titre profondément explosif Pelican's Flight, qu'on a entendu quasiment partout cet été dans les soirées locales, Baikal constitue certainement une des révélations de l'année. À l'instar de Mano Le Tough, son titre figure également dans le top 100 annuel de Resident Advisor, occupant pas moins que... la quatrième place ! De quoi vous attendre à de la dynamite. The Drifter, la cerise sur le gâteau  [dropcap]A[/dropcap]utre invité à rejoindre ce duo déjà détonant, et pas des moindres, The Drifter qui en est déjà à sa troisième venue sur notre territoire. Que ce soit lors de la première édition de Sekay, ou encore plus récemment en Juillet pendant le Fairground Festival, The Drifter est parvenu au fil de ses gigs à devenir une valeur sûre sur laquelle il faudra compter dans l'avenir, ce qui fait de lui un maître incontesté des évasions immersives triomphales. MAEVE, ferveur d'une déesse de la mythologie irlandaise  [dropcap]L[/dropcap]e label Maeve, est né à la base d'une vieille histoire d'amitié entre Mano Le Tough et The Drifter. Ces amis de longue date ont en effet grandi ensemble au sein du cercle d'expatriés irlandais de Berlin. Une camaraderie qui a donné naissance en premier lieu à un concept de soirées intitulé Passion Beats, qui a posé ses valises dans deux clubs phares de la nuit berlinoise :  Kleine Reise et le Loftus Hall. En 2012, ils finissent par rencontrer Baikal et entament avec lui la création du label MAEVE, nom d'une déesse guerrière de la mythologie celtique et irlandaise, qui signifie immense source de bonheur. Le premier track signé justement Baikal, "Just You and Me" porte alors la voix de The Drifter. Depuis d'autres talents ont rejoint l'épopée Maeve, parmi-eux on compte : Ripperton, Aera, Matthew Dekay ou encore Ed Davenport. Après un passage par Madrid, Paris, Dublin et Amsterdam, Maeve sera donc à Tunis, à Gammarth, au Carthage Thalasso Resort (Barcelo). Piloté par Rythm Box et Sekay, qui se sont déjà distingués auparavant par leur système de vente et la qualité sélective et artistique de leurs soirées, cet événement promet assurément de perdurer dans les annales de la nuit tunisienne.  

Jugurtha : Le duo oriental-électro de passage en Tunisie

Le duo musical Jugurtha aux influences arabo-berbères avec un son électro sera de passage le 4 août au Festival de Carthage à l’occasion de la nuit de la musique électronique. Leur musique envoûtante invite au voyage, un voyage dans un paysage sonore ensorcelant.   [dropcap]J[/dropcap]ugurtha serait le nom d’un roi numide, personnage historique complexe et haut en couleurs. Aucun hasard donc, puisque le nom donne le ton au groupe. Les deux partenaires de scène, Yassin & Sam, décident d’explorer la musique orientale à travers la musique électronique. C’est après une soirée à Paris en soutien à la révolution tunisienne que les choses se sont précisées pour le groupe. Ils lancent leur premier album concept intitulé Orientation et fondent leur propre label, Nomaad. Un trait d'union entre les générations Se définissant comme une musique multi-son oriental-électro, Jugurtha fait renaître des légendes de la musique arabe en revisitant leurs chansons. « Jugurtha est le présent-passé-futur d'un orient lointain qui rencontre l'occident comme pour la première fois. » Le groupe crée son propre univers musical en incluant aux techniques modernes des instruments traditionnels, des voix et des instruments enfouis. S'associant également avec plusieurs musiciens aux parcours distincts lors des leurs spectacles, le mélange évoque une rencontre entre Acid Arab et Tinariwen. Pendant leur live, on peut y entendre une panoplie de sons « entre les machines et la batterie, un santur, des tablas, un ravan, une darbouka, un ney et une guitare magique ». Ils seront en Tunisie jusqu'au 12 août.  

"Mapping Sculptures in Carthago" : Quand art, histoire et technologie font alliance

À l’occasion de « Mapping sculptures in Carthago », le musée archéologique de Carthage, nous ouvre ses portes pour une visite nocturne inédite…et pleine d’émotions.     [dropcap]P[/dropcap]assionnés d’art, d’archéologie, de l’histoire de la Tunisie en général ou de Carthage en particulier, ou tout simplement à la recherche d’activités stimulant un cerveau devenu mou et apathique par le jeûne, un rythme de travail trop soutenu et un soleil des plus brûlants… Cette sortie culturelle devra absolument figurer sur votre Must-do list.   Durant cet événement dans lequel la technologie sert l’art de la plus belle des façons, nous aurons la chance de découvrir des œuvres romaines normalement incomplètes, reconstituées en 3D et ce grâce à une ingénieuse projection de lumière. Des fragments perdus seront donc reconstitués numériquement, les couleurs d’antan restituées après de longues recherches scientifiques, et le tout sera ramené à la vie via une technique d'animation. Le programme intègre même des points d’interactions soutenus par des textes interactifs et des effets sonores. Un spectacle qui promet d’être incroyable. Ce projet « à la limite de l’artistique et du scientifique » a été élaboré à la suite d’une longue étude par Hatem Drissi archéologue, historien de l'art et muséologue et réalisé par Design Lab, un collectif de vidéastes et de développeurs d'outils numériques. [dropcap]L[/dropcap]e projet a pour but non seulement de réconcilier le citoyen tunisien avec son histoire - notamment la partie antique qu’il a étrangement tendance à ne pas valoriser - mais aussi de l’introduire aux utilisations diverses du numérique et une chance également pour le collectif Design Lab de faire leur preuve en mettant en application leur talent devant le grand public. « Emotion is our moto, thinking is our tool »  est l’adage de ce groupe d’artistes aux multiples talents. De la créativité et de l’émotion, ils vont nous en servir du 24 au 26 juin, de 9h à minuit. Ainsi que durant une exposition temporaire à l’intérieur du musée du 27 juin au 24 juillet. Il ne s’agit pas de la première reconstitution menée en Tunisie, en effet, suite à la découverte de la tombe de l’homme de Byrsa, rebaptisé Ariche (désiré), le squelette en question avait été reconstitué par la même dermoplasticienne qui a recomposé un squelette entier d’un homme de Neandertal ainsi que reconstitué un modèle plus vrai que nature du buste du pharaon Toutânkhamun. L’homme de Byrsa avait été exposé en Tunisie avant de faire le tour du monde. Dans un même registre de la technologie au service de l’art nous pouvons citer le projet réalisé par le Musée d’Histoire de Bologne où il fut question de reconstitution du « Sarcophage des Époux » à l'aide de 10 projecteurs laser ainsi que la création d’une pyramide en 3D par vidéo-projection.  

Le légendaire "Hannibal Barca" retrouve sa terre natale au Bardo

Vous le voyez à chaque fois que vous utilisez un billet de 5 dinars, il vous est désormais possible aujourd’hui de l’admirer dans toute sa splendeur : le buste d’Hannibal est au Bardo !   [dropcap]A[/dropcap]ussi connu sous le nom de « Buste de Capoue » (en référence à la ville Italienne où il a été découvert), cette œuvre est la pièce phare de l’exposition « Hannibal à Carthage » qui se tient actuellement au musée du Bardo jusqu’au 30 juin prochain, et qui est quasiment passée inaperçue. N’hésitez donc pas à saisir cette opportunité pour contempler cette œuvre datant de la deuxième moitié du 16ème siècle et prêtée à la Tunisie par le palais du Quirinal de Rome où le buste en marbre y est initialement exposé. Une visite au musée du Bardo vous permettra de plonger dans le passé carthaginois et de vous rappeler de vos cours d’histoire et du génie militaire d’Hannibal. Souvent comparé à Napoléon, Hannibal a su se distinguer comme l’ennemi principal de Rome et a été à l’origine de la Deuxième Guerre Punique. Son armée d’éléphant ainsi que sa traversée des Alpes constitue une source d’inspiration et stimule l’imaginaire des artistes et écrivains qui ont tenté de rendre hommage à ces événements. Parmi eux, l’écrivain Abdelaziz Belkhodja, né en 1962 à Carthage a dédié de nombreuses ses œuvres à l’étude de Carthage et de la figure proéminente d’Hannibal. On peut citer : « Les Cendres de Carthage »,  « Le retour de l’éléphant » et « Hannibal, l’histoire véritable ». Son intérêt pour cette période de l’histoire s’est aussi traduit à l’écriture de scénarios de bandes dessinées : « Hannibal, le défi de Carthage » et « Elyssa, la fondatrice de Carthage ».   Il considère que l’exposition du buste d’Hannibal est un événement important pour les tunisiens car ils ont là l’occasion de voir la représentation la plus connue au monde de l’illustre carthaginois. "Il faut préciser qu’à partir du 16ème siècle, Hannibal est présent dans tous les arts, de la sculpture à l’opéra." L’auteur souligne aussi la particularité de cette représentation : « Lorsqu’on regarde le profil du buste, il est très proche de la monnaie carthaginoise d’Espagne qu’on attribue à Hannibal est qui est, elle, d’époque. Il s’agit donc probablement de la représentation réelle du carthaginois. » [dropcap]N[/dropcap]éanmoins, il regrette que l’exposition en elle-même soit très pauvre et que le musée n'est pas fourni un réel effort pour agrémenter et mettre en valeur cet événement important. D’après Abdelaziz Belkhodja : « À part le buste et une bannière explicative, rien sur Hannibal. Pourtant, le musée comprend plusieurs pièces archéologiques qu’on peut rattacher au personnage, telles que les cuirasses retrouvées dans des tombes d’officiers d’Hannibal, ou les stèles représentant des navires de guerre ou des éléphants, des armes aussi et des pièces de monnaie. On aurait souhaité voir une belle et riche exposition pour honorer ce personnage hors du commun et mondialement reconnu depuis plus de 22 siècles, mais ce n’est apparemment pas dans les possibilités du musée, ni du ministère de la Culture. La présidence de la république, par contre, a su donner à l’exposition qui s’y est tenue le 9 mai tout le prestige nécessaire. »

À bas la loi 52 à Mad’Art Carthage

Une mobilisation en soutien aux détenus de la Loi 52 a déclenché un tollé de réactions en ligne ! Il s’agit d’une campagne farouche visant à abroger cette loi, responsable de l’incarcération de plus de 7000 jeunes chaque année et de 5 artistes et réalisateurs tunisiens, entre le 19 et le 28 novembre. Une vague d’indignation qui secoue le web certes mais qui a du mal à s’imposer dans la rue. Dans la soirée du 18 décembre à partir de 18h à Mad’Art, c’est chose faite ! Le comité de soutien aux artistes de la Loi 52 a pris les rennes d’un événement culturel et s’est emparé de la rue pour se faire entendre. Expositions et Projections signées par les artistes « Atef, Alaa et Fakhri » ont été programmés à Mad’Art Carthage. Au même moment où ce trio d’artistes croupit derrière les barreaux, le public s’était déplacé en masse en solidarité avec #AAF. Artistes de la scène culturelle nationale, avocats, anciens députés, étrangers, écrivains, jeunes et adultes ont tous répondu présent à l’appel.   L’exposition de Fakhri el Ghazel s’est déroulée dans le hall du centre culturel. Un avant goût des travaux des artistes, réservé au public, avant d’entamer les deux projections à partir de 19h30. D’une durée de 15 min, c’est d’abord le premier court – métrage professionnel d’Alaa Eddine Slim, « L’Automne », datant de 2007 qui a été projeté, suivi de l’avant – première du documentaire « Ghouroub / The After » tourné en 2008 et finalisé par Fakhri El ghezal, à peine deux jours avant son arrestation.   L’un des avocats qui chaperonne l’affaire des artistes s’était exprimé juste avant le début des projections en déclarant qu’un dernier appel prévu Lundi a été émis au tribunal de première instance de Nabeul  pour la libération immédiate des 3 artistes. Juste avant de céder la parole à Douja Mestiri et Ismael Leamsi. Ces deux membres du comité de soutien ont condamné fermement les dérives de cette loi et les accusations infondées de détentions de stupéfiants par #AAF. L’événement a été dédié également à Adnen Meddeb et Marwen Mabrouk, qui ont écopé, tout comme #AAF, d’un 1 an de prison ferme et de 1000 dinars d’amende (Ndlr : A cause d’un papier de tabac roulé décelé dans leur voiture).   Ismael Leamsi a insisté sur le fait de « bannir ce code pénal totalement défaillant et qui ne cesse de porter atteinte à la dignité du citoyen tunisien. Il dédie l’événement à tous les détenus tunisiens, aux victimes de la loi 230 et à tous les jeunes pris au piège de ce système. « Il est important d’assumer ce qu’on est… N’ayez crainte de cet Etat qui réprime sans scrupules ces jeunes en les jetant en prison … » Conclut –il.   Haithem Haouel Photos : Ahmad Ksibi

Mercredi du Capitaine et Compagnie des Vives Voix : Des lectures en abondance à Mad’Art Carthage

La septième saison des lectures du Capitaine et de la troupe des Vives Voix, active depuis presque 4 ans, a débuté en grandes pompes. L’occasion pour les passionnés de ces séances de revisiter des pièces de théâtre et des textes littéraires et poétiques, classiques ou contemporains connus, mais toujours d’actualité. « François – George Barbier » alias le Capitaine, et les sept membres de sa troupe, en collaboration pour la 2ème année consécutive avec l’équipe organisatrice du centre culturel Mad’Art Carthage, ont dressé d’emblée un programme divers et varié pour l’année 2015 / 2016, qui a d’ores déjà été entamé et ne laisse pas de marbre un petit public fort attentifs aux activités hebdomadaire de ce petit collectif. Des rencontres, aussi nombreuses qu’enrichissantes, destinées a des épris tout public, qui visent à célébrer la bienfaisance des lectures théâtrales.   La programmation de cette année s’ouvre sur une rubrique baptisée « Les découvertes ». Ce volet a été consacré aux textes qui tournent autour de trois thématiques centrés sur le Genre, l’Art et la Tolérance et qui méritent forcément le détour. Des extraits comme celui de Guillaume Gallienne et son incontournable « Les garçons et Guillaume, à table ! », adapté sur grand écran, a déjà été lu à haute voix à un bon nombre d’auditeurs séduits, le 2 décembre dernier.   Une initiative de taille a été prise le 9 décembre et qui consistait pour la première fois à faire participer le public présent à des lectures. Une séance spéciale intitulée « Des mots contre les maux » a émergé suite aux événements tragiques liés au terrorisme. Chacun des participants était libre de choisir un texte spécifique qui lui tenait à cœur et de le lire sur scène. Emotion convivialité et détente étaient au rendez – vous ! La lecture théâtrale de « La leçon » d’Ionesco ou quand la farce se mêle à la tragédie sur scène, est prévue pour le 16 Décembre. « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint Exupéry et de « Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran » d’Eric-Emmanuel Schmitt seront les deux dernières lectures de 2015 dédiées aux collégiens et aux lycées en vacances en cette période de fin d’année. Le Capitaine et la troupe des Vives Voix ont mis les bouchers doubles quant à l’année 2016. La programmation s’annonce tout aussi alléchante que les précédentes. Les lettres seront au cœur des premiers rendez – vous de l’année prochaine. « Les lettres de mon moulin » d’Alphonse Daudet et « Les lettres à un jeune poète » de R-M Rilke sont programmées. Et qui dit « Lettres » dit aussi « Correspondance » de Camus – Char. Les lettres classiques comme celle de Montesquieu et de Madame de Sevigné s’empareront du mois de Février.   Egalement dans la veine du théâtre absurde, les petites pièces de Jean Tardieu seront aussi revisitées. Un superbe exercice de théâtre qui gondolera de rires salvateurs petits et grands.   Ainsi, sous une suggestion de Mad’Art, les vives voix célébreront en Avril 2016 deux grandes soirées consacrées au centenaire de William Shakespeare, ou des extraits de comédies et de tragédies rendront hommage à ce pionnier du 4ème art. Paula Kraft, un metteur en scène professionnel, prendra les rennes d’un florilège consacré à Prévert afin de clôturer en beauté cette 7ème et très probablement dernière saison. En effet, après quatre ans de bon et de loyaux services pour la troupe des Vives Voix et sept ans pour les mercredis du Capitaine, ce dernier envisage de revenir s’installer à Paris.   Haithem Haouel Crédit photos : Ghassen Oueslati Photography.