# tunisie

Les TEDx 2017 se succèdent en Tunisie
Read More

La série des TEDx en Tunisie pour cette année a commencé depuis le 12 Février avec le lancement d'une édition TEDxUniversityOfTunisElManar à Tunis. D'autres conférences TEDx ont suivi (TedxIHECCarthage et TEDxCarthage entre autres) et d'autres approchent à grands pas dans différentes villes tunisiennes. 1 TED c'est quoi ? Acronyme de "Technology, Entertainment and Design", il s'agit d'une série de conférences partantes du principe des "idées qui méritent d'être diffusées (Ideas Worth Spreading)" dans le but d'inspirer les gens et œuvrer pour rendre le monde meilleur. Le concept est simple : On donne une plate-forme aux meilleurs penseurs, innovateurs et visionnaires les plus inspirants au monde. Pendant 18 minutes, ces "speakers" vont partager leurs expériences et visions avec le public présent de la façon la plus innovatrice et efficace.Les conférences TED avaient commencé en 1984 en Californie, et gravitaient initialement autour des thèmes relatifs aux technologies et design (suivant la logique de la Silicon Valley dont TED est originaire). C'est vers la fin des années 90 que les TED, récupérées par la Fondation Sapling (une fondation à but non-lucratif), s'étalent encore plus pour atteindre et susciter l'intérêt de plus de personnes à travers le monde. Cette globalisation est observée d'abord à travers les endroits des TED, avec l'introduction du TEDglobal dans plusieurs villes du monde ainsi que la mise en oeuvre du projet OTP (Open Translation Project), qui consiste au sous-titrage des TED à plus d'une centaine de langues, permettant ainsi aux communautés qui ne parlaient pas l'anglais d'assister et assimiler les conférences. Les thèmes abordés ont également été étendus, et on invitait ainsi des scientifiques, musiciens, philosophes et autres à prendre la parole aux TED. 1 Qui a parlé aux TED ? Plusieurs personnalités de renom et d'influence ont parlé aux TED, notamment le 42ème président des Etats-Unis Bill Clinton, l'ex premier-ministre de la Grande-Bretagne David Cameron, le fondateur de Microsoft Bill Gates ou encore l'anthropologue britannique et messager de la paix des Nations Unies Jane Goodall parmi tant d'autres. TEDx : En quoi cela diffère des TED ? Les conférences TEDx sont des conférences qui, bien qu'étant indépendantes des TED, utilisent les mêmes principes et règles instaurées par TED. Les TEDx peuvent être organisées n'importe où dans le monde, par n'importe quelle personne ou organisme doté d'une licence gratuite délivrée par TED (notamment à l'issue d'une participation au programme TEDFellows). Plus d'un millier de conférences TEDx ont eu lieu dans plus d'une centaine de pays au monde, avec différents programmes et conférences thématiques allant des plus génériques tels que TEDxYouth, TEDxCorporate, TEDxWomen ou TEDx in a Box, aux plus spécifiques comme TEDxHarvard, TEDxWellington ou TEDxWalledCity...En 2012, un TEDx Music Project a été créé. Il s'agit d'une librairie regroupant les meilleures performances musicales ayant eu lieu durant des conférences TEDx. Cette librairie compte actuellement plus de 600 titres disponibles en écoute sur Souncloud. 1 TEDx En Tunisie TEDx a été introduit en Tunisie depuis 2010, voyant participer des personnalités telles que Raja Farhat, Olfa Youssef, Slim Amamou, Rim Banna, Leila Charfi, Teyssir Ksouri, Majd Mastoura et Hend Chaouch entre autres... L'événement a tant de succès auprès des tunisiens qu'il est très courant de voir les places consacrées gratuitement au public s'épuiser seulement quelques heures (voire quelques minutes dans certains cas) après l'ouverture des inscriptions pour une conférence TEDx quelconque.En 2017, on a déjà eu droit à une édition TEDxCarthage au Palais des Congrès à Tunis avec la participation de personnalités telles que Ghazi Mrabet, Faten Kallel, Badreddine Ouali, Rochdi Belgasmi entre autres. La prochaine conférence TEDx sera celle à Dar Nabeul (TEDxNabeul) qui aura lieu le 1er Octobre et verra la participation de Lina Ben Mhenni, Fares Ben Souilah, Jaafar Gasmi et Wafa Ghorbel entre autres. D'autres événements TEDx tunisiens ont déjà été programmés et prévus fin 2017/début 2018 :TEDxUniversityofMannouba le 7 Octobre à TunisTEDxLycéePilotedeSousse le 29 Octobre à SousseTEDxElMenzahWomen le 1er NovembreTEDxSidiMansour le 26 Novembre à SfaxTEDxYouth@ElMenzah le 17 Décembre à TunisTEDxDjerba le 24 Décembre à DjerbaTEDxJendoubaVille le 24 Décembre à JendoubaTEDxGammarth le 13 Janvier 2018 à Tunis 1 Les lieux exacts ainsi que les listes des speakers seront dévoilés à l'approche de chaque conférence.

Myrath – Meet&Greet
Read More

Myrath - Meet&Greet Le 10/08/2017 à 17:00 A l'Ecole Paradiddle voir map Entrée gratuite DétailsVidéo Détails A l'occasion de la tournée en Tunisie, le groupe MYRATH sera présent à l'Ecole Paradiddle pour un MEET&GREET exclusif. dans une ambiance amicale et chaleureuse, au programme ; rencontre avec les membres du groupe, signing session & Merchandising pour les fans les plus aguerris. 1 2 3

Festival Juste Pour Rire Tunisie 2017 : Rebelote
Read More

Après une première édition organisée l'année dernière au théâtre de plein air de Hammamet, c'est au Baron D'Erlanger (Ennejma Ezzahra) à Sidi Bou Saïd que le festival Juste Pour Rire Tunisie, organisé par Just Production et radio IFM, posera ses valises cette année, à partir du 11 Août et jusqu'au 21 du même mois. 1 Annoncé vendredi 21 Juillet 2017 lors d'une conférence de presse à la Villa Bleue à Sidi Bou Saïd. La porte parole du festival, Zeineb Melki déclare : « la culture fait le tourisme et le rire est la meilleure chose pour s’amuser. Donc, à travers ce festival nous espérons promouvoir le tourisme dans notre pays.».L'animatrice à la radio IFM revient également sur les améliorations apportées à cette édition par rapport à sa précédente de l'année dernière : « Cette année le festival prend des airs de grandeur grâce au comité de direction et à toute l’équipe de Juste pour Rire, surtout qu’il va nous faire découvrir de nouveaux talents, qui je l’espère, vont vous surprendre ». 1 2 3 Un programme qui promet Pour cette édition, les spectateurs auront droit à un menu varié et riche qui n'a pas l'air de décevoir, mêlant un nombre d'artistes confirmés à plusieurs nouvelles têtes de talent à découvrir. A l'affiche, plusieurs artistes et humoristes tunisiens de renommée tels que Nidhal Saadi, Lotfi Abdelli, Wajiha Jendoubi et Moez Toumi...En addition, des comédiens et artistes venus du Maroc, de la France, du Canada, de l'Espagne et de la Côte d'Ivoire avec pour intention de délivrer un mélange d'humour, stand-ups, One Man Shows, chants, spectacles de magie et même un spectacle d'Hypnose Comedy pour la première fois (avec l'hypnotiseur El Lokoho). Programme complet 1 Un festival de renommée mondiale qui atterrit sur nos terres "Juste Pour Rire" a été fondé en 1983 à Montréal par Gilbert Rozon. Aujourd'hui considéré comme le festival d'humour le plus prominent au monde, s'internationalisant en plusieurs filiales en France, aux Etats Unis, l'Angleterre, l'Australie, l'Allemagne et la Belgique entre autres. Depuis 2016, la Tunisie devient le premier pays arabe à abriter le festival. Ayant déjà produit et distribué des émissions télévisées dans plus de 30 pays et sur une centaine de compagnies aériennes, Juste Pour Rire continue en perpétuité à chercher et produire les humoristes talentueux en herbe.L'édition 2017 en Tunisie nous promet un produit nouveau et non-conventionnel qui, par sa variété, est espéré pouvoir faire ravir les spectateurs en quête de divertissement.

Tendance du Bénévolat : Derniers Préparatifs de la Seconde édition de Fairground

Dernière ligne droite ! Une semaine avant l'effervescence du coup d'envoi de la seconde édition du Fairground Festival nous retrouvons ceux qui vont se charger de tout mettre en place pour vous garantir une expérience inoubliable. Avant de leur laisser le temps de prendre leurs repères, de s'imprégner de la quiétude de l'endroit, et d'entamer les dernières préparatifs, ils se sont livrés face caméra sur ce qui les amène à sacrifier une partie de leur été et à se dévouer totalement pour la réussite de l'esprit d'un festival qui se veut accueillant et communicatif.    [dropcap]S[/dropcap]ymptomatique d’une vraie tendance actuelle, ces ambassadeurs au profil similairement dynamique, responsable et passionné, révèlent un désir bouillonnant d’appartenance et de reconnaissance.   En rejoignant la Fairground Family, ils s’impliquent intrinsèquement dans quelque chose de grand et de rayonnant, dans une aventure qui leur demandera une besogne qu’ils jugent salutaire pour leur apprentissage personnel et pour le plaisir des autres.   N’hésitant pas à mettre ses talents et sa fougue au service de tâches parfois ardues, cette frange de la jeunesse tunisienne possède une force d’âme déterminée s’il le faut, à prendre le taureau par les cornes pour mener à bien la réalisation de l'événement et de son esprit si particulier.   [dropcap]L[/dropcap]eurs plus belles récompenses ? Voir le fruit de leur labeur se traduire dans l’édifice final… Les sourires de satisfactions se dessiner sur les visages des festivaliers, l’euphorie collective des foules s’extasiant sur un des line up les plus séduisants de l’année, et la contribution à l’élaboration de souvenirs indélébiles qui marqueront à coup sûr leur jeunesse. Ce feu d’artifice émotionnel qu’ils vous promettent, vous aurez l’occasion de venir l’expérimenter par vous même, le 14 et 15 Juillet prochain dans la nature inspirante de l'ÉCOVILLAGE de Sousse. Au menu une sélection du meilleur de la musique électronique internationale et locale :

Jazz à Carthage accueille le suédois “Jay-Jay Johanson” pour la première fois en Tunisie

C’est sur la somptueuse scène du festival “Jazz à Carthage" que l’artiste, chanteur, compositeur et interprète Jay-Jay Johanson se présentera pour la première fois en Tunisie, avec une performance qui suivra celle du trio de Jazzmen autrichien Mario Rom’s Interzone. Un mélomane visionnaire L’artiste de Skara, auparavant étudiant en architecture et adepte des arts, trottinait dans le monde des musiciens avec un premier groupe de Hard Rock. Mais c’est le Jazz qui inspirait le plus le jeune Jäje Johanson, de son vrai nom, qui s’est fondu éperdument dans un univers très intime de compositions, maniant un synthétiseur et une boîte à rythmes. Jay-Jay Johanson s'intéressait au Jazz dissout dans des rythmes électroniques, de quoi émanait sa propre vision du Trip-hop. Peut-être aurait-t-il étrenné un genre inédit de musique ? Le Crooner nordique  Inspiré des groupes Trip-Hop de l’époque, Jay-Jay Johanson lance son premier album “Whiskey”, composé de neuf titres, un assortiment de rythmes mélancoliques, de voix hommasse et douce : Cet album a cartonné grâce aux titres “It hurts me so”, ou encore “The girl I love is gone”. Depuis, l’artiste ne cesse de produire de la musique dans un style vivace et déambulant : Onze albums dont Tattoo, Poison, Spellbound, Crockroach, ou encore Opium, dernièrement sorti en 2015, un album pop-folk/Jazz. Jäje est un dandy musical qui n’écrit jamais en suédois. Ses textes sont en anglais et quelques fois en français, pour que sa musique voyage au-delà des terres suédoises. New Album  Il s’agit du titre de son dernier clip sorti le 20 Mars 2017, extrait de son prochain album  “Bury the Hatchet” (enterrer la hache de guerre) qui sortira en Septembre. Qualifié de minimaliste, la vidéo s’inspire d’une multitude d’œuvres artistiques, tel “le masque de nez” d’Irving Penn, ou encore le film “Qui êtes vous” de William Klein. Elle parle ouvertement des masques sous lesquels le monde se dissimule, le tout est fondu dans une ambiance morne et mélancolique assurée par la voix pondérée du chanteur. Le 4 Avril au festival “Jazz à Carthage” Après une tournée en France l’auteur-compositeur suédois Jay Jay Johanson se posera l'espace d'une soirée le 4 Avril au Carthage Thalasso. Le spectacle - inratable pour les amoureux des rythmes Trip-hop et Jazz se tiendra sur une scène qui a humblement accueilli des Jazzmans de nationalités multiples. Visitez le site officiel de Jazz à Carthage pour plus d’informations.

« On est bien comme ça » de Mehdi Barsaoui : Zoom sur un Jeune Réalisateur Prometteur

Son dernier court-métrage de fiction "On est bien comme ça" a remporté le Muhr d’Or du meilleur film au Festival de Dubaï et le Poulain de Bronze au dernier FESCAPO, et continue de faire sa tournée dans les festivals internationaux.  Avant sa prochaine sortie en salles, nous vous proposons d'en savoir plus sur ce jeune espoir du cinéma tunisien. "Les liens" au centre des préoccupations  [dropcap]D[/dropcap]u haut de ses 32 ans, Mehdi M. Barsaoui est loin d'en être à sa première expérience chez Cinétéléfilms, la société de production audiovisuelle qui l'a accompagné dès ses débuts. Depuis son diplôme en réalisation obtenu au DAMS de Bologne, le cinéaste tuniso-italien est parvenu au fil des années à se construire une petite filmographie cohérente sur les rapports humains et les liens qui nous unissent. Liens de sang pour "Bobby" son précédent court-métrage, qui relate le rapport conflictuel entre un enfant et son père autoritaire qui lui interdit l'adoption d'un chien pour des raisons strictement religieuses. Liens amicaux entre deux jeunes tunisiens pour "À ma place" qui évoque tout ce dont on est capable d'accomplir quand on est à la place de l’autre. Requiem pour un Senior  [dropcap]A[/dropcap]vec "On est bien comme ça", c’est toujours la famille et les liens qui passent au crible. Le cinéaste s'intéresse cette-fois à la rudesse de la vieillesse, et l'embarras qu'on peut ressentir lorsque l'on devient un fardeau pour les gens qu'on a vu grandir. À travers la complicité entre un petit-fils cachottier et un papy farceur et indiscipliné, qui rappelle sous certains aspects le personnage d'Alan Arkin dans Little Miss Sunshine, Mehdi Barsaoui nous rappelle que la force de l'humain réside dans sa capacité à sociabiliser, de coopérer et de nouer des liens affectifs et de solidarité. Le court-métrage de Barsaoui se veut un hommage à ces seniors qui choisissent d'apprécier coûte que coûte jusqu'au dernier instant les derniers jours de leur vie. L'idée de départ lui vient en effet d'une anecdote familiale à propos d'une ancêtre qui a été retrouvée sur son lit de mort avec une certaine quantité d'olives dissimulées dans ses vêtements. Cette dernière avait continué à manger secrètement des olives alors que le médecin lui avait imposé une diète sans sel. On retrouve devant la caméra un Nouri Bouzid comme on ne l'a jamais vu, dans un rôle de vieillard assez cocasse, qui parvient à trouver un second souffle en renouant avec les imprudences et les turlupinades de sa jeunesse aux côtés de son petit-fils campé par Youssef Mrabet, vu dans la sitcom Happy Ness. Bientôt le Long... [dropcap]Q[/dropcap]uand on lui demande ce qui l'a poussé à faire ce métier, le réalisateur nous répond "Le nombre incommensurable de vies que l’on peut avoir à travers nos personnages. Avec le cinéma, on peut réparer des erreurs, se projeter dans de nouvelles circonstances, on se réinvente d’une certaine façon." Le cinéaste qu'il admire le plus est sans aucun doute le mexicain Alejandro González Iñárritu. Un auteur qui a fait date avec sa trilogie chorale ( Amours chiennes, 21 grammes, Babel) par le biais d'une sensibilité et d'une pudeur hors-normes. Des films universaux où la solitude de chaque personnage résonne, tandis que les différents protagonistes découvrent combien ils tiennent les uns aux autres. "C’est un cinéma direct, sans artifices, qui puise dans l’émotion, c’est tout ce que j’attends d’un film." assure le jeune artiste. Pour la suite, le réalisateur passe aux choses sérieuses avec un projet de long-métrage qu'il développe depuis maintenant 3 ans. Un thriller psychologique autour d’une famille tunisienne issue d’un milieu privilégié qui, suite à un événement chaotique va connaitre l'effondrement de tous ses repères. La thématique s'attarde sur la filiation et de tout ce dont on est capable pour sauver la vie de notre enfant. Comme vous l'aurez remarqué, on ne quitte pas non plus la cellule familiale... Intitulé tout simplement "Un Fils", le film traitera de la complexité de la paternité en Tunisie. Le projet est actuellement en phase de recherche de financements et le long-métrage devrait entrer en tournage d'ici la fin 2017/début 2018.   "On est bien comme ça" sera disponible dans les salles à partir du Mercredi 22 Mars 2017 dans la sélection de courts-métrages "Ksayer wou Yhayer 2" distribuée par HAKKA Distribution. Le film sera programmé aux cotés de "35mm" autre court de Mehdi M. Barsaoui,  Peau de Colle de Kaouther Ben Hania, Pousses de Printemps d'Intissar Belaid, ainsi que Khalaa de Maher Hasnaoui.

WARØK : Le label qui se démarque par sa vision puriste de la culture underground

S’inspirant de l’esprit du Friedrichshain, le quartier le plus cool de Berlin, Warøk est un label qui est animé par une vision puriste et quasi-radicale de la techno et de la culture underground. [dropcap]C[/dropcap]e collectif d’artistes s’affirme par sa volonté de puiser dans une mouvance, tout en y incorporant son propre ADN. Emprunter, sans pour autant singer. De jeunes et talentueux producteurs qui se sont rassemblés autour de leur passion pour une techno exigeante, ténébreuse et magnétique, sans fioritures, et qui n’est pas spécialement destinée à être consommée uniquement sur les dancefloors.     C’est ainsi qu’ils développent parallèlement des projets musicaux plus ambient, plus expérimentaux, imprégnés d’une atmosphère toujours teintée d’une aura crépusculaire, lorgnant du côté de voyages mentaux hypnotiques que n’aurait pas renié le démentiel Gaspar Noé. Warøk tire son origine du mot roumain “vă rog” qui signifie “vous supplier”.  Un appel que lance ses fondateurs  Ossē « Khalil Zorgati », Eyth « Haythem Briki » et Nomade «Mehdi Hammami» depuis Janvier 2016 pour l’amour d’une techno sans concession et fidèle à l’esprit des fanatiques de la première heure. Le label peut compter également sur l'implication de ses fidèles membres : Ines Affes, une des djettes les plus en vogue sur la scène tunisienne, qui forme avec son acolyte Moez Guetari  le duo « Aural Mines », et les non moins trépidants  Cløtur  « Akrem Amous » et Dhia "Dhia Douss", tous deux respectivement basés à Paris et Berlin. [dropcap]A[/dropcap]vec sa volonté de conquête de la scène, Warøk ambitionne d’être bien plus que de la musique, en proposant artworks, évènements et showcases dotés d'une identité propre. Une philosophie qui tire son origine de Détroit et qui peine vraiment à éclore localement, souvent pour des raisons sécuritaires ou d'ordre administratif. L’objectif final étant d’arriver à transformer un espace ordinaire en un temple de musique brute le temps d’une veillée, en se jetant au coeur de la fête sans crainte du lendemain. L’été dernier, ils co-organisent Feel Firma, selon eux « première réussite musicale fracassante pour le label », car ils sont arrivés à raconter une histoire cohérente à travers les différents sets de la manifestation. Ces irréductibles perfectionnistes, surtout quand il s’agit de promouvoir et de partager leur art, n’ont pas hésité à se retirer du concept suite à un désaccord sur le plan artistique qui trahissait leur vision. Vous pouvez retrouvez leurs releases triés sur le volet chaque 4 à 6 semaines sur leur page WARØK et sur les sites majeurs de téléchargement tels que : Soundcloud, Beatport, Bandcamp et Juno. Pour cette année,  ils envisagent de produire un important nombre de EP stratégiques, afin de faire évoluer et de promouvoir au mieux leur univers. Un projet live nommé « Intimations of Immortality » est également en chantier avec Eyth et Ossē pour cette saison estivale 2017, ainsi que des Label Nights en Tunisie et à l’étranger. Crédit Photo : Likwid

BEATS : Quand le clubbing devient un moyen de survie pour le tunisien
Read More

On disait le clubbing mort et enterré... BEATS nous prouve le contraire en nous démontrant que la musique électronique est une culture qui peut parfois valoir de l'or pour un certain nombre de tunisiens quand l'expérience du noctambule est privilégiée face à l'appât du gain. [dropcap]E[/dropcap]n invitant Dixon, BEATS a sorti le grand jeu offrant également deux "surprise guests" au public : Le berlinois Aparde et le magicien Christian Löffler. Alors que moult récents évènements avaient soit déçus soit définitivement annihiler les derniers espoirs des férus de la musique électronique, en raison d'un public venant surtout pour expérimenter les substances psychotropes sans avoir la moindre idée sur les artistes du line up... Les promoteurs basés à Munich de BEATS redonnent foi en ce secteur, par leur assiduité artistique et par leur amour pour le public, souhaitant leur procurer du rêve avant toute chose. Il suffisait pour cela d'avoir l'idée brillante de recourir à une sélection sur inscription via un site, et de surtout remettre au centre l'expérience du spectateur en lui fournissant un espace propice à l'évasion sensorielle (Merci Ardeur Events, Lili et Tafarrod), agrémenté d'un travail minutieux sur la lumière dirigé par un expert allemand. Parce que si certaines personnes ont tendance souvent à décrier ce milieu, ils oublient que pour beaucoup d'entre nous la culture rave représente une cure, une thérapie, voir une lueur d'espoir pour laquelle le combat mérite d'être mené... à l'image de ce qu'on pouvait entendre au milieu de la foule le 16 Décembre dernier au Mirage Beach Club : "C'est grâce à ce genre d'events qu'on arrive à survivre en Tunisie". Un refuge en ces temps moroses... [dropcap]L[/dropcap]a nuit tombée, lorsqu'un grand nombre de tunisiens s’apprêtent à se coucher, pour d’autres c’est là que tout commence... C’est le cas de ces jeunes adorateurs de la nuit, qui ont trouvé refuge dans l'ambiguïté infinie de la pénombre, loin de la lumière diurne, crue et aveuglante. Apathiques et désenchantés la journée, le soir ils se transforment en rois et reine. Une seconde chance leur est alors offerte, une nouvelle forme d’espoir. La nuit leur donne cette occasion de prendre leur revanche sur une réalité quotidienne qui semble les avoir délaissés et abandonnés. Désormais, le monde leur tend les bras. Les règles c’est eux qui les fixent. La nuit leur propose les défis inattendus qu’ils attendaient, l’impression de faire partie de quelque chose de plus grand, d’un mouvement qui gronde secrètement en attendant de pouvoir partir à la conquête de nouveaux horizons... Ce mouvement souterrain et quasi-clandestin, c’est celui de la musique qui s’élève au rang de catalyseur d’un désir ardent d’amour et de liberté. Dans une société où l’hédonisme est vu d’un mauvais oeil, voir carrément considéré comme un péché, mais néanmoins toléré de manière officieuse, souvent de manière hypocrite d'ailleurs, la recherche de ces plaisirs de la vie prend d’autant plus d’importance, qu’elle en devient peut être la seule et unique porte de sortie lorsque tout semble aller mal dans ce burn-out quotidien. Foules en communion et béatitudes  [dropcap]L[/dropcap]a force des beats incessants, des rythmes répétitifs et des sonorités de la basse résonnent à travers tout le corps, et donnent ainsi l’impression instantanée d’être plus que jamais vivant. Les raves étant surtout des espaces d'échappées euphoriques faites de béatitudes proches du nirvana, mais aussi inhibant la timidité, consolidant les liens, et brisant les barrières, les pudeurs et les peurs, les différences sociales et sexuelles, et même parfois conflits et rancoeurs. Une foule en communion jouissant en harmonie et en paix, par contraste avec l’individualisme et la violence quotidienne de nos sociétés. Si tester les limites passe notamment avec l’amour du risque, de la vitesse et de l’adrénaline et des aventures nocturnes périlleuses… Ce genre de soirées illustrent une vivacité éclair qui tranche avec la tranquillité nocturne, semblant défier l’univers. "Notre insouciance est en vérité notre cri d'alarme. Si nous ne brûlons pas, comment éclairerons-nous la nuit ?” Parfois les images valent mieux que les mots... En supplément, nous vous proposons ce Track unreleased démentiel (Switchdance - Amolador) délivré par Dixon. Certainement le moment phare de cette nuit inoubliable, capturé par nos confrères de chez People's Beats. Dépaysement intégral !     Crédits Photo : Ahmed Gheribi

Éveil d'une nation : L'Expo à ne pas rater sur la luxuriance artistique de l'Histoire tunisienne
Read More

Consécutivement à une collaboration public-privée entre l'Institut National du Patrimoine et la Fondation Rambourg Tunisie, l'exposition "Éveil d'une nation" a vu le jour au palais Ksar Said du Bardo, afin de commémorer le soixantième anniversaire de l’Indépendance et le cinquième anniversaire de la Révolution. Une restauration minutieuse  [dropcap]E[/dropcap]xode vers l'époque des "grandes réformes" et de la première constitution de l'histoire tunisienne, l'espace d’exhibition regorge de 300 œuvres artistiques illustres dont les dates de conception s'étendent de 1837 jusqu'à 1881. 20 restaurateurs de nationalités multiples se sont démenés activement pour redonner vie à un ensemble impressionant d'oeuvres : Toiles de peintres réputés, manuscrits, médailles, costumes et atours ottomans, premières œuvres picturales, mais aussi une tapisserie de finesse inégale. Tous témoignent de façon chronologique et fidèle du cours d'histoire rocambolesque qu'a connu l'état post-constitutionnel, ainsi qu'une luxuriance artistique invraisemblable d'un pays centre des croisements culturelles méditerranées. 6 mois de préparation [dropcap]L[/dropcap]'exposition L’Eveil d’une nation, L’art à l’aube d’une Tunisie moderne (1837-1881) a nécessité 6 mois de préparation sous le commissariat de Ridha Moumni, et constitue un univers passionnant pour les petits comme pour les grands. Tout est mis en œuvre pour accompagner les familles dans leur découverte de la Tunisie à l'aube de la modernité. Divers ateliers et mini-spectacles sont régulièrement mis en place au sein du palais, L'exposition qui a débuté le 27 Novembre se poursuivra jusqu'au 27 Février au palais beylical, ancienne propriété d'un haut dignitaire de la dynastie Ottomane.   Les prix d'entrée varient de 3dt à 5dt, prix raisonnables pour une exposition d’une extrême richesse. Les horaires de visite sont de 10h à 18h toute la semaine, sauf le mardi.  À savoir que chaque premier dimanche du mois, l'entrée est gratuite.   (+216) 71 948 728 // reservation@rambourgfoundation.org Éveil d'une nation - le site

Éveil d'une nation : L'Expo à ne pas rater sur la luxuriance artistique de l'Histoire tunisienne

Consécutivement à une collaboration public-privée entre l'Institut National du Patrimoine et la Fondation Rambourg Tunisie, l'exposition "Éveil d'une nation" a vu le jour au palais Ksar Said du Bardo, afin de commémorer le soixantième anniversaire de l’Indépendance et le cinquième anniversaire de la Révolution. Une restauration minutieuse  [dropcap]E[/dropcap]xode vers l'époque des "grandes réformes" et de la première constitution de l'histoire tunisienne, l'espace d’exhibition regorge de 300 œuvres artistiques illustres dont les dates de conception s'étendent de 1837 jusqu'à 1881. 20 restaurateurs de nationalités multiples se sont démenés activement pour redonner vie à un ensemble impressionant d'oeuvres : Toiles de peintres réputés, manuscrits, médailles, costumes et atours ottomans, premières œuvres picturales, mais aussi une tapisserie de finesse inégale. Tous témoignent de façon chronologique et fidèle du cours d'histoire rocambolesque qu'a connu l'état post-constitutionnel, ainsi qu'une luxuriance artistique invraisemblable d'un pays centre des croisements culturelles méditerranées. 6 mois de préparation [dropcap]L[/dropcap]'exposition L’Eveil d’une nation, L’art à l’aube d’une Tunisie moderne (1837-1881) a nécessité 6 mois de préparation sous le commissariat de Ridha Moumni, et constitue un univers passionnant pour les petits comme pour les grands. Tout est mis en œuvre pour accompagner les familles dans leur découverte de la Tunisie à l'aube de la modernité. Divers ateliers et mini-spectacles sont régulièrement mis en place au sein du palais, L'exposition qui a débuté le 27 Novembre se poursuivra jusqu'au 27 Février au palais beylical, ancienne propriété d'un haut dignitaire de la dynastie Ottomane.   Les prix d'entrée varient de 3dt à 5dt, prix raisonnables pour une exposition d’une extrême richesse. Les horaires de visite sont de 10h à 18h toute la semaine, sauf le mardi.  À savoir que chaque premier dimanche du mois, l'entrée est gratuite.   (+216) 71 948 728 // reservation@rambourgfoundation.org Éveil d'une nation - le site